Lettre d'information

80 ans après 1942

Chapeau

Après une année 2021 sous le signe de l’hommage aux premières résistances civiles et militaires, le ministère des armées et ses partenaires commémoreront ces prochains mois les combats et événements en lien avec l’année 1942.

Commémoration du 70e anniversaire de l’opération Jubilee à Dieppe (square du Canada), 2012. © Erwan Lesné/Ville de Dieppe
Texte

Dans la continuité des années mémorielles 2020 et 2021, la direction des patrimoines, de la mémoire et des archives (DPMA) du ministère des Armées et ses partenaires accompagnent et soutiennent les initiatives commémoratives, patrimoniales et pédagogiques s’inscrivant dans la poursuite du cycle commémoratif du 80e anniversaire de la Seconde Guerre mondiale. L'année 1942 représente un renversement de situation décisif pour l'issue du conflit. Tandis que les affrontements se poursuivent en Afrique du Nord et en URSS, les nazis décident de mettre en œuvre la « Solution finale » et l'étendent progressivement à toute l’Europe occupée.

Commémorer ici et ailleurs

En cette nouvelle année mémorielle, de nombreux acteurs culturels, associatifs et institutionnels sont mobilisés. Les musées et les lieux de mémoire tout d’abord prévoient une riche programmation autour des événements de l’année 1942. Ainsi, La Coupole, centre d’histoire situé à Saint-Omer (Hauts-de-France – Pas-de-Calais), proposera à ses visiteurs, à partir de septembre 2022, de redécouvrir l’exposition "1942, le temps des rafles dans le Nord de la France et en Belgique" afin de commémorer le 80e anniversaire de la rafle du 11 juillet 1942. Le Mémorial des Déportés de la Mayenne (Pays de la Loire – Mayenne) poursuivra quant à lui sa programmation "Destins brisés" en 2022. Celle-ci avait été lancée en octobre 2020 en hommage aux victimes juives, arrêtées et déportées à partir de la Mayenne. La mémoire des arrestations juives de l’année 1942 sera également célébrée dans la capitale. Le dimanche 17 juillet, la journée nationale à la mémoire des victimes des crimes racistes et antisémites de l’État français et d’hommage aux "Justes" de France s’accompagnera, de fait, des commémorations du 80e anniversaire de la rafle du Vélodrome d’Hiver.

Ce cycle commémoratif sera aussi ponctué de temps forts mettant en lumière l’ancrage local de la mémoire de 1942. Ainsi par exemple, l’Association Jubilee, qui assure la gestion du Mémorial du 19 août 1942, prendra part aux commémorations du 80e anniversaire du raid de Dieppe et accueillera, cet été, l’artiste québécois Nicolas Paquin à l’occasion d’un spectacle autour de cette histoire et d’une séance de dédicace.

La saison mémorielle 2022 a par ailleurs vocation à s’étendre au-delà de l’Hexagone. À ce titre, le Mémorial de l’internement et de la déportation de Compiègne (Hauts-de-France – Oise) organisera, en mai 2022 et en partenariat avec le musée-mémorial d'Auschwitz-Birkenau, une soirée de commémoration des 80 ans du départ des deux premiers convois de déportés de France. L’année mémorielle concernera également des territoires ultra-marins avec le ralliement, en 1942, de la Réunion et de Madagascar à la France libre. Les souvenirs des combats de la France libre en Afrique du Nord, notamment à Bir Hakeim, ou de l’opération Torch conduite par les Britanniques et les Américains, donneront enfin l'occasion à la France et à ses alliés de commémorer leur combat commun pour la liberté.

Les armées mobilisées

Le ministère des Armées, dépositaire d’un patrimoine culturel et mémoriel riche et diversifié, est également l’un des protagonistes majeurs du cycle commémoratif. Les projets les plus intéressants portés par des associations, des collectivités territoriales et des établissements scolaires, en France ou issus de l’Agence pour l’enseignement français à l’étranger, pourront être soutenus, accompagnés et valorisés à travers l’attribution du label "Actions mémoire 2022". Le ministère œuvre par ailleurs à rendre disponibles de nombreuses ressources. En témoignent la publication de ce numéro de la revue Les Chemins de la mémoire ou encore le prolongement de l’espace numérique consacré au cycle commémoratif. Créé sur le site Internet www.cheminsdememoire.gouv.fr en 2020, ce dernier est régulièrement alimenté avec de nouveaux contenus historiques, pédagogiques et audiovisuels. Il permet également de mettre en avant les actualités de partenaires privilégiés, comme les fondations mémorielles, ainsi que celles des membres du réseau des musées et mémoriaux des conflits contemporains, dont la DPMA assure l’animation.

Il s’agira enfin pour la DPMA de rendre hommage à d’illustres personnalités, tels les généraux Juin, Leclerc de Hauteclocque ou de Lattre de Tassigny, élevés à la dignité de Maréchal de France il y a 70 ans.

Qu’elles soient numériques ou physiques, de nombreuses expositions seront à découvrir. Haut lieu de la mémoire nationale du ministère des armées, le Mont-Valérien – Mémorial de la France combattante (Suresnes – Hauts-de-Seine), en réalisera une sur l’exécution advenue dans sa clairière le 11 août 1942. Elle mettra en avant le parcours de plusieurs des 88 hommes condamnés à mort en représailles d'un attentat perpétré contre des soldats allemands au stade Jean-Bouin, à Paris. Le site Internet www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr, consacré à la recherche historique et généalogique, permet d’ailleurs d’en apprendre davantage sur leur identité. L’Office national des anciens combattants et victimes de guerre (ONAC-VG) de Paris, opérateur du ministère des armées, propose enfin au prêt deux expositions itinérantes en lien avec l’année 1942, respectivement intitulées "La Bataille de Bir Hakeim (mai-juin 1942)" et "Vers la victoire, la France au combat de 1942 à 1945".

Un cycle pour enseigner et transmettre

Les programmes scolaires de l’enseignement secondaire accordent une large place à l’étude de la Seconde Guerre mondiale puisque le conflit est évoqué en classe de troisième, ainsi qu’en terminale, pour la voie générale, professionnelle et technologique. Dans le cadre de son partenariat avec le ministère de l’éducation nationale, de la jeunesse et des sports et, au titre de l’enseignement agricole, avec le ministère de l’agriculture et de l’alimentation, la DPMA met à disposition, sur la plateforme d’enseignement de défense Educ@def, de nombreuses fiches pédagogiques. Celles-ci permettent, par exemple, d’aborder en classe l’histoire des élèves résistants du lycée Buffon ou de percer les mystères qui entourent la parution de l’ouvrage Le silence de la mer. De nombreux temps forts sont également planifiés par les lieux de mémoire dans un objectif pédagogique, et plus largement de transmission. Des tables rondes seront ainsi organisées au Mont-Valérien autour des grands procès de 1942, dont celui du Palais Bourbon contre sept jeunes résistants. En partenariat avec le service départemental de l’ONAC-VG de Paris, plusieurs classes travailleront sur la propagande allemande, notamment par le biais d’archives filmées du procès.


Auteur
La rédaction

Articles de la revue

Articles en lien

La conférence de Wannsee
La bataille de Bir Hakeim
Les cinq étudiants du Lycée Buffon
Opération "Jubilée", Dieppe - 19 août 1942
Opération "Torch", les débarquements alliés en Afrique du Nord