Lettre d'information

La nécropole nationale de Thiescourt

La nécropole nationale de Thiescourt. © ECPAD

 

Pour accéder au panneau d'information de la nécropole, cliquer ici vignette_Thiescourt

 

La nécropole nationale de Thiescourt regroupe les dépouilles de soldats décédés lors des différentes batailles de l’Oise entre 1914 et 1918. Créé à l’issue des combats de 1918, ce cimetière est aménagé en 1920 et 1921 pour y réunir les corps d’autres soldats exhumés de tombes isolées ou de différents cimetières provisoires de l’Oise. Elle rassemble 1 258 corps français dont 711 en tombes individuelles. Deux ossuaires conservent les restes mortels de 547 soldats inconnus. Parmi ces combattants est inhumé le corps d’un soldat français mort pour la France en 1939-1945.

À côté de cette nécropole, un cimetière allemand, créé en 1920, rassemble 1 095 corps de soldats allemands dont 388 reposent dans deux ossuaires. Parmi ces combattants, reposent quatre soldats britanniques dont deux officiers de la Royal Air Force (RAF) et deux soldats français.

Aux premiers jours de septembre 1914, les hommes de la Ire et IIe armées allemandes déferlent dans l'Oise et marchent vers le sud en direction de Paris. Une semaine plus tard, à l'issue du sursaut français sur la Marne, ces troupes se replient plus au nord sur une ligne entre Lassigny et Tracy-le-Val. Le front se fige. Jusqu’en 1918, ce secteur du front ne connaît pas d'importantes opérations même si de violents combats se déroulent en 1915-1916 pour le contrôle de la colline de Lassigny, le plateau de Touvent ou le Bois des Loges.

La deuxième bataille de Picardie, 21 mars-5 avril 1918

Au printemps 1918, le rapport de force tourne en faveur des Allemands qui peuvent, à la faveur du traité de Brest-Litovsk, concentrer tous leurs moyens sur le front occidental. Exploitant les divisions entre les Alliés, le général allemand Ludendorff cherche à repousser les Britanniques sur les côtes de la Manche en exécutant une manœuvre rapide et brutale. Au matin du 21 mars, après un bref mais violent bombardement, les troupes allemandes attaquant dans la Somme, entre Arras et La Fère. Les Britanniques conduits par les généraux Byng et Gough sont contraints de se replier. En une seule journée, le front britannique est enfoncé. Sous la pression ennemie, une brèche s'ouvre à la jonction des armées britanniques et françaises. Après quatre ans d’immobilisme, le front, sous les coups de buttoir, est rompu, dans la Somme et dans l’Oise.

À la hâte, le général Pétain, chef des armées françaises, mobilise ses réserves et envoie les 3e et 5e armées dans les secteurs de Noyon et de Lassigny. Les jours suivants, la progression allemande se poursuit sous les yeux de l'empereur Guillaume II. Les Britanniques refluent vers Amiens. Le 24, Chauny tombe. Le 25 mars, les Allemands entrent à nouveau dans Noyon. Comme en septembre 1914, l'ennemi est aux portes de Paris, menacée par les bombardements du Pariser Kanonnen. Cette pièce d'artillerie de longue portée, située dans la forêt de Pinon, à 120 kilomètres de Paris, sème la panique dans la capitale. Les combats se poursuivent au sud-ouest de Noyon. En deux jours, la VIIème armée allemande atteint la Marne au niveau de Château-Thierry. La route de Paris semble ouverte. Dans un ultime effort, Ludendorff décide de porter une nouvelle action sur l'Oise.

La bataille du Matz, 9-13 juin 1918

Au matin du 9 juin, après une préparation d’artillerie aussi brève qu’intense, les XVIIIe et VIIe armées allemandes s’élancent en direction de Compiègne et d’Estrées-Saint-Denis. Les hommes de la 3ème armée française du général Humbert déjà durement éprouvée par les offensives du printemps subissent ce choc. De violents combats se déroulent devant Courcelles, Thiescourt ou sur les collines du Mont-Renaud et du Plémont. Sur les pentes de cette dernière, à l'ouest de Lassigny, les hommes de la 1re division de cuirassier à pieds (DCP) repousse ainsi treize assauts. Cependant, sous la pression ennemie, ils sont contraints d’abandonner leur position. À Ressons-sur-Matz, les hommes du 295ème régiment d’infanterie (RI) sont débordés. Au soir du 9 juin, le centre du dispositif français est enfoncé. Une poche de neuf kilomètres se forme dans les lignes françaises. Le 10, l'ennemi atteint la vallée de l'Aronde. Mery-la-Bataille et Maretz-sur-Matz tombent à leur tour. La situation est dramatique.

Pour autant, le 11 juin, le général Mangin reçoit l’ordre d’attaquer le flanc droit de l’armée allemande avec quatre divisions en direction de la vallée du Matz. L'ennemi est surpris par cette manœuvre. Les Français avancent si vite qu'ils progressent bientôt sans appui. L'artillerie se déploie moins vite que les fantassins privés aussi des chars lourds Schneider et Saint-Chamond. Ces engins sont un à un neutralisés. L'ennemi s'accroche. Pourtant, cette contre-offensive permet de reprendre les positions perdues la veille et repousser les allemands au-delà du Matz. Le 13, le mouvement s'enraye. L’ennemi ne peut plus engager de nouveaux moyens. Les Français poursuivent leurs efforts. La bataille du Matz se solde par un échec allemand. Mais, la 3ème armée vient de payer un lourd tribut pour la défense de l’accès à Paris. Elle compte 40 000 hommes hors de combat, tués, blessés ou disparus. Le nouveau front se stabilise à 10 kilomètres de Compiègne. Les combats se poursuivent jusqu’au mois d’août, date à laquelle le département est entièrement libéré. C'est en forêt de Rethondes à Compiègne qu'est signé l’armistice du 11 novembre 1918.

 

  • La nécropole nationale de Thiescourt. © ECPAD

  • La nécropole nationale de Thiescourt. © ECPAD

  • La nécropole nationale de Thiescourt. © ECPAD

  • La nécropole nationale de Thiescourt. © ECPAD

  • La nécropole nationale de Thiescourt. © ECPAD

  • La nécropole nationale de Thiescourt. © ECPAD

  • Petit poste de surveillance "Bas Rouge" dans le bois de Thiescourt, décembre 1914. © Collections BDIC

  • Patrouille de tirailleurs marocains avec leur chien de patrouille dans les bois de Thiescourt en 1915. © Collections BDIC

  • Cimetière militaire provisoire situé à proximité de la carrière de Chauffour, 25 septembre 1915. © Collections BDIC

  • Ruines de l’église de Thiescourt, 1917. © Collections BDIC

  • Le Président du Conseil, Georges Clemenceau, discutant avec un soldat sur la colline du Plémont, mai 1918. © ECPAD

  • Vue à l’intérieur de la carrière de Chauffour au nord de la forêt de Thiescourt. Elle est aménagée par les hommes du 72e régiment d'infanterie territoriale et dispose d'un poste de commandement, d'un poste télégraphique, d'une cuisine, d'un poste de secours et de nombreux autres casernement, août 1918. © Collections BDIC