Lettre d'information

La nécropole nationale de Bar-le-Duc

La nécropole nationale de Bar-le-Duc. © ECPAD

 

Pour accéder au panneau d'information de la nécropole, cliquer ici vignette_Bar_le_Duc

 

La nécropole nationale de Bar-le-Duc regroupe les dépouilles de 3 183 soldats dont 63 en deux ossuaires morts pour la France lors des batailles de Verdun de 1914 à 1918 ainsi que sept Britanniques. Créé dès 1914, ce cimetière est aménagé jusqu'en 1931 pour y rassembler les corps exhumés de cimetières militaires de la région de la Brionne. En 1941 puis en 1945, les corps des soldats et victimes décédés au cours de la Deuxième Guerre mondiale y ont été réunis. Parmi ces hommes, reposent six Français (dont des résistants fusillés par les troupes d’occupation le 28 août 1944, sur l’esplanade de la Fédération, Robert Lhuerre, Jean Pornot et Gilbert Voitier), un lieutenant belge, Armand Jacob, décédé à Bar-le-Duc le 15 juin 1940 (tombe n°793) et un Soviétique, Constantin Maskaloff (tombe 2804 A à D).

 

Verdun, une ville emblématique de la mémoire de la Première Guerre mondiale

Depuis les premières semaines de la guerre, la région fortifiée de Verdun est au cœur des enjeux et âprement disputée par chacun des belligérants. En 1915, se déroule la bataille des ailes. Ces opérations dans les Hauts-de-Meuse et en Argonne visent à desserrer l'étau autour de Verdun.

Mais, le 21 février 1916, l'opération Gericht conçue par le général Falkenhayn est lancée contre les positions françaises. De février à décembre 1916, Français et Allemands s'affrontent au cours de l'une des plus terribles batailles de l'histoire de la Grande Guerre. Elle débute par le bombardement de la rive droite de la Meuse et de la ville. Sur un terrain ravagé et en dépit de la résistance du 30e corps d’armée, les Allemands progressent de 6 km en quatre jours. Le 25, le fort de Douaumont tombe aux mains de l'ennemi, tandis que la 2e armée du général Pétain, assure la défense de Verdun. Il organise le front et le ravitaillement. La route Bar-le-Duc - Verdun devient la grande artère, la "Voie Sacrée". Par cet axe sont transportés, jour et nuit, hommes, ravitaillement et munitions. En avril, le front est élargi, la 5e armée allemande conduit une nouvelle action sur la rive gauche de la Meuse. Sur la Voie sacrée, axe essentiel et vital, près des trois quarts de l’armée passent à Verdun.

En juin, les défenseurs du fort de Vaux sont contraints d'abandonner cet ouvrage si vaillamment défendu. Le 23, le village de Fleury est aux mains des Allemands. Le 11 juillet, une offensive allemande échoue contre le fort de Souville, mais à partir du 1er juillet, l’opération alliée dans la Somme les oblige à dégarnir le front de Verdun.

Le 24 octobre, le fort de Douaumont est repris, puis le 2, c'est le fort de Vaux. En août 1917, les Français reprennent la cote 304 et le Mort-Homme et dégagent complètement Verdun. Le 26 septembre 1918, les Alliés attaquent de la Champagne à la Meuse. Le Bois des Caures est repris en octobre.

Pour les belligérants, la bataille est devenue "l’enfer de Verdun". Du 21 février au 15 juillet, plus de 40 millions d’obus ont été tirés. Au terme de la bataille, on recense 275 000 tués, blessés, prisonniers chez les Français. Ce chiffre est équivalent du côté allemand.

Bar-le-Duc, centre médical de l’arrière du front

Le chef-lieu du département de la Meuse devient un centre administratif, militaire et médical. Dès la mobilisation, certains bâtiments deviennent des hôpitaux de l’armée comme l’École normale ou l’École Supérieure. La salle des fêtes accueille les états-majors tandis que des établissements scolaires deviennent des cantonnements pour la troupe. À la veille de la bataille de Verdun en 1916, treize équipes assurent les soins dans les sept hôpitaux de la ville. À la gare, un hôpital d’évacuation (HOE) assure le transfert des blessés vers les différentes structures médicales du secteur, en fonction du degré de gravité des pathologies. Avec le nombre croissant des décès, un cimetière militaire est ouvert en 1915, siège de l’actuelle nécropole. La ville n’est pas épargnée par les bombardements qui engendrent de nombreuses victimes. En reconnaissance de ses sacrifices, André Maginot, député de Bar-le-Duc et ministre des Pensions remet la Croix de guerre à la ville, le 30 juillet 1920.

 

  • La nécropole nationale de Bar-le-Duc. © ECPAD

  • La nécropole nationale de Bar-le-Duc. © ECPAD

  • La nécropole nationale de Bar-le-Duc. © ECPAD

  • La nécropole nationale de Bar-le-Duc. © ECPAD

  • La nécropole nationale de Bar-le-Duc. © ECPAD

  • La nécropole nationale de Bar-le-Duc. © ECPAD

  • La nécropole nationale de Bar-le-Duc. © ECPAD

  • La "Voie sacrée" de Bar-le-Duc à Verdun. © MINARM/SGA/DMCA/Joëlle Rosello

  • Soldats français prenant le café avant de partir pour Verdun, Bar-le-Duc, avril 1916. © Collections BDIC

  • Troupes françaises sur le départ pour Verdun, Bar-le-Duc, avril 1916. © Collections BDIC

  • Salle des petits blessés de l'hôpital d'évacuation n°20, Bar-le-Duc, avril 1916. © Collections BDIC

  • Sortie des blessés légers de l'annexe de l'hôpital d'évacuation n°20, Bar-le-Duc, avril 1916. © Collections BDIC

  • Infirimère de l'hôpital d'évacuation n°20 effectuant un pansement à un blessé léger,- Bar-le Duc, avril 1916. © Collections BDIC

  • Mise en sac des lettres par les hommes du Service de la poste aux armée,- Bar-le-Duc, octobre 1916. © Collections BDIC

  • Cimetière militaire de Bar-le-Duc, octobre 1916. © Collections BDIC

  • > Retourner aux résultats

    Infos pratiques

    Adresse

    Bar-le-Duc
    Chemin de Nauchamp

    Horaires d'ouverture hebdomadaires

    Visites libres toute l’année

    En résumé

    Eléments remarquables

    Monument aux héros de la Grande Guerre