Pargny-sur-Saulx

Source : MINDEF/SGA/DMPA-ONACVG

Création en 1919 . bataille de la Marne (1914).

1920 : regroupement des corps exhumés des tombes militaires situées sur la commune de Pargny.

 

D’une superficie de 1 459m², le cimetière national de Pargny-sur-Saulx regroupe les dépouilles de 284 soldats français morts au cours de la bataille de la Marne en septembre 1914. Créé en 1919, il est aménagé en 1920. Par ailleurs, le cimetière rassemble les corps de trois soldats français et d’un pilote australien morts lors de la Seconde Guerre mondiale. Depuis 1931, un monument commémoratif dédié au souvenir des soldats français tombés au cours des combats de Pargny y est érigé.

Bataille de la Marne - 5-12 septembre 1914

Le 25 août 1914, trois semaines après la déclaration de guerre et l'échec de la bataille des frontières, le général Joffre ordonne le repli général, afin de stopper la progression vers Paris de l'aile marchante allemande. Malgré leur épuisement, les armées françaises font volte-face et tiennent une ligne de résistance de presque trois cents kilomètres où Verdun constitue le pivot. Au centre du dispositif, se trouvent les 5e et 9e armées françaises, soutenues par le corps expéditionnaire britannique.

Dans un ultime sursaut, le 6 septembre, les troupes françaises, malgré leur harassement, luttent âprement contre les Allemands qui accentuent leur poussée vers l’est en direction de Bar-le-Duc. Le champ de bataille fait l’objet d’intenses bombardements et d’offensives incessantes, au cours desquelles les soldats se battent, parfois au corps à corps, pour quelques mètres carrés de terrain. Les marais de Saint-Gond, au confluent du Grand et du Petit-Morin, font ainsi l’objet de combats d’une violence extrême . Français et Allemands occupant à tour de rôle le terrain à grand renfort d’artillerie.

Dans la région de Pargny, les Français se tiennent derrière le canal de la Saulx et s'opposent aux Allemands qui cherchent à franchir cet obstacle. La poussée ennemie est puissante et l’armée française ne peut tenir ses positions. A la hâte, le village est partiellement évacué. Dès le 7 septembre, les tirs d’artillerie et les bombardements détruisent une grande partie du village. Au cœur du champ de bataille, les ruines de Pargny sont occupées successivement par les Français et Allemands. La situation est critique, en particulier pour les hommes du 72e et du 128e régiment d'infanterie engagés dans de violents combats de rues. Derrière chaque mur, se dissimule une mitrailleuse. Chaque maison doit être enlevée à la baïonnette. Au cours de l'un de ces assauts, le capitaine Mordant tombe à la tête de ses hommes. Son corps repose aujourd'hui dans la nécropole.

Le 10 septembre, bien qu’en difficulté sur d’autres secteurs du front, les troupes allemandes s’emparent à nouveau de Pargny. Livré aux flammes, le village est pillé et saccagé. Pourtant, dès le lendemain, les Français le reprennent définitivement et s'élancent à la poursuite de l'ennemi. En effet, craignant que ses armées soient coupées de leurs arrières, l’État-major allemand ordonne alors le repli, dans l’Aisne où ils occupent des positions précédemment fortifiées.

Du 5 au 12 septembre, la bataille de la Marne permet d'une part de redresser une situation militaire gravement compromise et d'autre part d’arrêter le plan allemand d’invasion de la France. Paris est sauvée. C'est une victoire de toute l'armée française, en particulier celle des soldats anonymes tombés pour la défense de la nation. Mais, en dépit de ce succès militaire, les troupes anglaises et françaises, épuisées, ne trouvent pas la force de repousser l’envahisseur au-delà des frontières. Au cours des mois d’août et septembre 1914, 250 000 jeunes Français meurent, sont blessés ou portés disparus. Dans un ultime sursaut, chacun des belligérants se lance dans une course effrénée afin de prendre l’armée adverse à revers. Sans succès, ils échouent sur les rivages de la Mer du Nord. La guerre de mouvement s'enraye. Le conflit s’installe alors pour quatre ans au fond des tranchées, jusqu’à la victoire alliée en novembre 1918.

Après ce supplice de 1914, le village de Pargny est cité à l'ordre de l'armée et reçoit, le 2 juillet 1922, la croix de guerre.

  • Source : Photo Gérald Garitan

  • Source : Licence Creative Commons

  • Source : MINDEF/SGA/DMPA-ONACVG

  • > Retourner aux résultats

    Infos pratiques

    Adresse


    Pargny-sur-Saulx

    En résumé

    Accès :

    A l’ouest de Bar-le-Duc . D 395

    Superficie : 1 459 m²
    Nombre de corps : Tombes individuelles : 288
    Nombre de morts : 288
    1914-18 : 284 Français
    1939-45 : 3 Français
    1 Britannique

    Eléments remarquables

    Monument aux morts 1914-1918.

    En savoir Plus

    En savoir plus

    Comité départemental du tourisme de la Marne
    13 bis, rue Carnot
    51006 Châlons-en-Champagne Cedex
    03 26 68 37 52 - www.tourisme-en-champagne.com


    Historial de la Grande Guerre
    Château de Péronne
    80201 Péronne
    Tél. : 03 22 83 14 18 – www.historial.org