Lettre d'information

La nécropole nationale de Fontaine Routhon

La nécropole nationale de Fontaine Routhon. © Guillaume Pichard

 

Pour accéder au panneau d'information de la nécropole, cliquer ici vignette_Fontaine_Routhon_Souhesmes_Rampont

 

La nécropole nationale de Fontaine-Routhon regroupe les tombes de 1 067 Français et un Russe décédés lors des combats qui se sont déroulés, tout au long de la guerre, dans le secteur de Verdun. Créée en 1916, lors de la bataille de Verdun, elle est aménagée de 1917 à 1919 en vue de rassembler les dépouilles de soldats inhumés initialement dans les cimetières provisoires des Souhesmes et de Nixéville.

 

La bataille de Verdun, 21 février - 2 novembre 1916

En septembre 1914, au terme du sursaut allié sur la Marne, le front se fixe au nord de Fleury-devant-Douaumont. Au cœur de la région fortifiée de Verdun, ce village représente, pour chacun des belligérants, un enjeu majeur, en particulier lors de la bataille de Verdun.

Le 21 février 1916, une puissante offensive allemande est lancée contre les positions françaises. Après un violent bombardement sur la rive droite de la Meuse, les Allemands avancent, malgré la résistance du 30e corps d’armée, sur un terrain ravagé et progressent de 6 km en quatre jours. Le 25, le fort de Douaumont tombe aux mains de l'ennemi. A la hâte, les Français organisent ce secteur et le ravitaillement de celui-ci. Restée dans l'histoire comme la Voie Sacrée, l'axe Bar-le-Duc-Verdun devient l'axe par lequel sont acheminés hommes et munitions. Bloqué devant les villages de Vaux et de Douaumont, l'ennemi élargit son action à la rive gauche de la Meuse mais, le 9 avril, il est repoussé à la cote 304 et au Mort-Homme.

Pour les deux camps la bataille devient « l’enfer de Verdun » où l'artillerie se déchaîne sans relâche. Du 21 février au 15 juillet, plus de 40 millions d’obus de tous calibres sont tirés par chacun des belligérants. La lutte se fait plus intense encore sur la cote 304 et le Mort-Homme. En juin, les défenseurs du fort de Vaux, repoussent les assauts, mais vaincus par la soif, ils doivent cesser le combat. Le 23, 80 000 fantassins allemands prennent le village de Fleury. Le 11 juillet, une dernière action allemande échoue contre le fort de Souville, ultime verrou contrôlant la route de Verdun. En raison de l'offensive sur la Somme, les Allemands ne peuvent plus conduire d'opérations importantes et sont contraints de dégarnir le front de Verdun. Peu à peu, les Français reprennent l'initiative. Le 24 octobre, le fort de Douaumont est repris, puis Vaux le 2 novembre. En août 1917, la cote 304 et le Mort-Homme sont dégagés. Mais la crête des Caurières reste encore disputée. Le 26 septembre 1918, les Alliés attaquent en Champagne et en Meuse. En octobre, le Bois des Caures est repris.

 

  • La nécropole nationale de Fontaine Routhon. ©  ECPAD

  • La nécropole nationale de Fontaine Routhon. ©  Guillaume Pichard

  • La nécropole nationale de Fontaine Routhon. ©  ECPAD

  • La nécropole nationale de Fontaine Routhon. ©  ECPAD

  • La nécropole nationale de Fontaine Routhon. ©  ECPAD

  • La nécropole nationale de Fontaine Routhon. ©  ECPAD

  • Ruines du village de Rampont, août 1915. ©  Collections BDIC

  • Canon de 75 éclaté, Souhesme-la-Petite, juin 1916. ©  Collections BDIC

  • Ambulance chirurgicale de Souhesme-la-Grande, juin 1916. ©  Collections BDIC

  • Rassemblement à Rampont de soldats chargés d'assurer l'entretien des routes, Rampont, février 1917. ©  Collections BDIC

  • Point de toilette installé dans le cantonnement de Moulin de Rampont, juillet 1917. ©  Collections BDIC

  • Prisonniers allemands traversant le village de Rampont, juillet 1917. ©  Collections BDIC

  • > Retourner aux résultats

    Infos pratiques

    Adresse

    Les Souhesmes-Rampont
    À 18 km au sud-ouest de Verdun, près de l'échangeur de l'autoroute A 4, sur la D 163

    Horaires d'ouverture hebdomadaires

    Visites libres toute l’année