Lettre d'information

La nécropole nationale de Fère-Champenoise

Nécropole nationale de Fère-Champenoise. © ECPAD

 

Pour accéder au panneau d'information de la nécropole, cliquer ici vignette Fère

 

Situé au lieu-dit les Ouches, la nécropole nationale de Fère-Champenoise regroupe les dépouilles de soldats morts pour la France lors de première bataille de la Marne (Septembre 1914) et lors de la campagne de France en juin 1940. Créée au lendemain des combats qui se déroulèrent principalement dans les marais de Saint-Gond et sur les deux Morins, elle est aménagée de 1919 à 1934 pour accueillir d’autres corps de soldats exhumés de cimetières militaires ou de tombes isolées de la Marne, de l’Aube et de la Haute-Marne. Il y est érigé, depuis 1928, un monument commémoratif dédié aux souvenirs des soldats français tombés en 1914-1918. Le cimetière rassemble près de 6 000 corps de soldats français dont plus de 3 000 en ossuaire et quelques étrangers (Britanniques, Tchèques…)  morts au cours de la Première Guerre mondiale. Au début des années 1950, cette nécropole regroupe les restes mortels de 169 français et de 3 belges tués lors des batailles de l’Aisne et de Champagne en mai-juin 1940, et à la libération en 1944.

 

Combats des marais de Saint-Gond - Bataille des deux Morins, 6 - 9 septembre 1914

Le 25 août 1914, trois semaines après la déclaration de guerre et l'échec de la bataille des frontières, le général Joffre ordonne le repli général, afin de stopper la progression vers Paris de l'aile marchante allemande. Malgré leur épuisement, les armées françaises font volte-face et tiennent une ligne de résistance de presque trois cents kilomètres où Verdun constitue le pivot. Au centre du dispositif, se trouvent les 5e et 9e armées françaises, soutenues par le corps expéditionnaire britannique.

Le 6 septembre, les troupes françaises sont déployées sur les rives du Grand-Morin et luttent âprement contre les Allemands qui accentuent leur poussée vers l’est en direction de Bar-le-Duc. Les marais de Saint-Gond, au confluent du Grand et du Petit-Morin, font l’objet de combats d’une violence extrême ; Français et Allemands occupant à tour de rôle le terrain à grand renfort d’artillerie. La Garde prussienne s'y enlise.

Le village de Fère-Champenoise, défendu par les Zouaves et les tirailleurs marocains, est pris par les troupes allemandes le 8 septembre. Au prix d'importants sacrifices, les Françaises luttent avec la dernière énergie pour stopper l’avance ennemie, mais les 9e et 11e corps d'armée sont enfoncés. Les Français s'accrochent et parviennent à stopper la progression de la Garde qui s'empare de Fère-Champenoise. Le 9 au soir, le château de Mondement, au nord-ouest de Fère-Champenoise, à la limite sud des marais de Saint-Gond, est à nouveau occupé par les Français. Les Allemands sont contenus en Champagne, mais leur aile droite cède sur l’Ourcq. Le 10 septembre, ils sont rejetés au-delà des marais. Craignant que ses armées soient coupées de leurs arrières, l’État-major allemand ordonne alors le repli, dans l’Aisne où ils occupent des positions précédemment fortifiées. Les ruines de Fère Champenoise sont évacuées hâtivement. Foch y installe son poste de commandement.

Du 5 au 12 septembre, la bataille de la Marne permet d'une part de redresser une situation militaire gravement compromise et d'autre part d’arrêter le plan allemand d’invasion de la France. Paris est sauvée. C'est une victoire de toute l'armée française, en particulier celle des soldats anonymes tombés pour la défense de la nation. Au cours des mois d’août et septembre 1914, 250 000 jeunes Français meurent, sont blessés ou sont portés disparus. Mais, en dépit de ce succès militaire, les troupes anglaises et françaises, épuisées, ne trouvent pas la force de repousser l’envahisseur au-delà des frontières. Dans un ultime sursaut, chacun des belligérants se lance dans une course effrénée afin de prendre l’armée adverse à revers. Sans succès, ils échouent sur les rivages de la Mer du Nord. La guerre de mouvement s'enraye. Le conflit s’installe alors pour quatre ans au fond des tranchées, jusqu’à la victoire alliée en novembre 1918.

  • Nécropole nationale de Fère-Champenoise. © ECPAD

  • Nécropole nationale de Fère-Champenoise. © ECPAD

  • Nécropole nationale de Fère-Champenoise. © ECPAD

  • Nécropole nationale de Fère-Champenoise. © ECPAD

  • Nécropole nationale de Fère-Champenoise. © ECPAD

  • Nécropole nationale de Fère-Champenoise. © ECPAD

  • Nécropole nationale de Fère-Champenoise. © ECPAD

  • Tombe collective rassemblant des corps de 21 soldats français située près de la Gare. Au centre du dispositif français, se trouvent les 5e et 9e armées. Cette dernière rassemble un grand nombre de Bretons (64-65-265e RI), de Vendéens (93e) et de Normands (225-336eRI) qui s'illustrent dans le secteur de Normée-Lenharrée. S'accrochant vaillamment à leurs positions, ils parviennent à contenir les coups de butoirs ennemis. Source : Collection privée/FBN/DR

  • Tombes individuelles de soldats français inhumés à Lenharrée. Source : Collection privée/FBN/DR

  • Portrait du général Foch. Après avoir commandé le 20e corps d'armée, le général Foch se voit confier le commandement de la 9e armée. Au cours de la bataille de la Marne, cet officier-général, prônant l'offensive à outrance, aurait prononcé cette phrase devenue célèbre "Pressé fortement sur ma droite, mon centre cède, impossible de me mouvoir, situation excellente, j'attaque". Au prix de pertes importantes, il parvient à prendre l'ascendant sur l'armée allemande. Source : Musée du Souvenir des Ecoles militaires de St Cyr - Coëtquidan

  • Fantassins français en position dans un champ. Cibles de choix pour l’ennemi, les soldats français en pantalon rouge garance et capote bleue stationnent au milieu d'un champ. Source : Collection privée/FBN/DR

  • Débris de la bataille de la Marne à la gare de Fère-Champenoise. Source : Collection privée/FBN/DR

  • Poursuite des Allemands dans les bois de Fère-Champenoise. Source : Collection privée/FBN/DR

  • > Retourner aux résultats

    Infos pratiques

    Adresse


    Fère-champenoise

    Horaires d'ouverture hebdomadaires

    Visites libres toute l’année

    En résumé

    Eléments remarquables

    Monument aux morts 1914-1918

    En savoir Plus

    En savoir plus

    Comité départemental du tourisme de la Marne

    13 bis, rue Carnot

    51006 Châlons-en-Champagne Cedex

    Tél : 03 26 68 37 52

    Accéder au site internet