Lettre d'information

La nécropole nationale de Courgivaux

La nécropole nationale de Courgivaux. © ECPAD

 

Pour accéder au panneau d'information de la nécropole, cliquer ici vignette_Courgivaux

 

La nécropole nationale de Courgivaux regroupe les dépouilles de soldats morts pour la France lors de la première bataille de la Marne (Septembre 1914). Créé au lendemain des combats, le cimetière est aménagé en 1921 puis en 1929 et rassemble au total 225 soldats français dont 193 reposent en ossuaire. La nécropole se situe sur les lieux mêmes des combats qui se déroulèrent, en septembre 1914, dans le cimetière et la ferme de Bel Air.

Dans ce cimetière est également inhumé, le sergent K.H. Harris abattu le 13 juin 1940 à l’âge de 23 ans.

 

La Bataille de la Marne - 5 - 12 septembre 1914

Après avoir ordonné le repli général, le général Joffre décide, pour couvrir Paris, de placer 500 000 hommes sur une ligne de résistance qui s'étire sur plus de trois cents kilomètres allant de Verdun à la Manche. Les 5e et 9e armées françaises, soutenues par les Britanniques, doivent tenir le centre de ce dispositif. Le 6 septembre, les troupes françaises, déployées du Grand-Morin à Verdun, se heurtent à une forte résistance de l’armée allemande qui accentue sa poussée vers l’est en direction de Bar-le-Duc.

Pourtant, sans attendre, Joffre lance une manœuvre frontale visant à stopper et à repousser, par tous les moyens, l’avancée ennemie. L’adversaire commet deux erreurs. La première exécutée par von Hausen qui au lieu de chercher la percée, soutient la IIe et IVe armée. La seconde commise par von Kluck (Ière Armée), qui voulant déborder la 6e armée du général Maunoury, se replie sur la Marne, découvrant alors le flanc de la IIe armée du général von Bülow. Très vite, Français et Britanniques reprennent l’initiative.

Les marais de Saint-Gond, au confluent du Grand et du Petit-Morin, font l’objet de combats d’une violence extrême. A grand renfort d’artillerie, Français et Allemands occupent à tour de rôle le terrain. Malgré la fatigue et des pertes importantes, l’infanterie de chaque camp s’accroche à leur position.

Le 9 septembre, à l’ouest de Mondement, pivot des combats du marais de Saint-Gond, la retraite est effective. A l’est, le 12, l’ennemi décroche. Les Allemands sont contenus en Champagne. Rejetés au-delà des marais de Saint-Gond, ils se replient sur des positions fortifiées. L’armée française, faute de moyens humains et de munitions, ne peut poursuivre les troupes ennemies.

Aussi, au cours de l'automne 1914, chacun des belligérants se lance dans une course effrénée afin de prendre l’armée adverse à revers. Sans succès, ils échouent sur les rivages de la Mer du Nord. La guerre de mouvement s'enraye. Le conflit s’installe pour quatre ans au fond des tranchées, jusqu’à la victoire alliée en novembre 1918.

Les Combats de Courgivaux – 6-7 septembre 1914

S’insérant plus globalement dans la bataille des deux Morins, les combats de Courgivaux sont des plus violents. Situé au sud-ouest de Mondement, le village de Courgivaux est occupé, le 6 septembre 1914, par les Allemands. Abandonné par ces habitants qui, à la hâte, ont entassé de maigres bagages sur des charrettes ou des brouettes, Courgivaux est livré au pillage. 

Le mouvement d’ensemble est conduit, à partir de 8h15, par le général Mangin qui manœuvre successivement vers Escardes, Nogentel-Château et Neuvy. Dans une parfaite coordination, l’infanterie française, appuyée par l’artillerie, progresse rapidement et atteint, à 16 heures, Courgivaux. Mais une contre-attaque ennemie oblige notamment les hommes du 74e régiment d’infanterie à refluer par la rue principale du village. Celui-ci doit être repris. Cette mission est confiée à un bataillon du 129e qui attaque et l’emporte sur les Allemands. Ces derniers lancent un nouvel assaut et contraignent les Français à reculer jusqu'à la ligne de tranchées établies à la hauteur d'Escardes. Le moment est critique. Mangin se porte au plus près des combats qui se prolongent jusqu’à la tombée de la nuit.

Le 7 septembre, au milieu de la nuit, les unités françaises reçoivent l’ordre d’avancée. Courgivaux est l’un des objectifs. A 9 heures, les soldats normands du 36e d’infanterie, appuyés par le feu des canons de 75mm, s’emparent des ruines de Courgivaux qui, comme les localités alentours, marquent l'avance extrême des troupes allemandes dans cette région.

Parmi les unités engagées combat Maurice Maréchal. Agé de 22 ans, ce soldat, engagé au 274e RI comme brancardier, témoignera, dans ses carnets, de la violence de ces combats. Après la guerre, il deviendra l’un des plus célèbres violonistes et sera l’un des maîtres de Rostropovitch.

La nécropole nationale de Courgivaux

Jusqu’au soir du 8 septembre, les blessés sont relevés du champ de bataille et transportés vers des postes de secours installés dans l’église ou quelques habitations. Au terme de ces combats, comme cela arrivait fréquemment, les civils sont requis pour enterrer les morts qui gisent dans le village, les bois et les champs alentours. Pendant plusieurs jours, on procède à leur inhumation dans deux fosses communes au nord-est et au sud-est du village. Celles-ci seront ensuite réunies, constituant ainsi la nécropole nationale de Courgivaux. Les officiers sont enterrés en tombes individuelles dans le cimetière communal. En effet, le principe des tombes collectives subsiste jusqu'en 1915, mais le recours aux tombes individuelles se généralise. Aussi, la loi du 29 décembre 1915 accorde aux soldats morts pour la France le droit à être inhumé en sépulture individuelle. En cela, la nécropole de Courgivaux est typique des cimetières militaires du début de la Première Guerre mondiale, et du traitement de la mort par les autorités militaires françaises

En 1920, à la demande des populations locales, le maintien de ce cimetière militaire est confirmé. La même année, il s’y déroule la commémoration de la bataille de la Marne présidée notamment par le général Mangin. En 1922, faisant office de monument aux morts de la commune, une colonne de 4 mètres de haut, surmonté d’un coq orienté, porte le nom des soldats ensevelis dans tombe collective.

Repose au sein de cet ossuaire, le sergent Gustave Valmont. Elève au lycée Condorcet à Paris, ce philosophe et poète ne rédigea qu’un seul volume de poésies, L'aile de l'Amour (1911). A la mobilisation, abandonnant la rédaction d’un roman, il rejoint le 274e RI. Le 6 septembre, il meurt lors d’une reconnaissance.

 

  • La nécropole nationale de Courgivaux. © ECPAD

  • La nécropole nationale de Courgivaux. © ECPAD

  • La nécropole nationale de Courgivaux. © ECPAD

  • La nécropole nationale de Courgivaux. © ECPAD

  • La nécropole nationale de Courgivaux. © ECPAD

  • La nécropole nationale de Courgivaux. © ECPAD

  • La nécropole nationale de Courgivaux. © ECPAD

  • La nécropole nationale de Courgivaux. © ECPAD

  • Assaut conduit par les troupes françaises dans les environs du village de Courgivaux. Collection privée - FBN - DR

  • Ruines du village d'Esternay. Située à quelques kilomètres du village de Courgivaux, Esternay est le théatre de violents combats. Occupé par les Allemands du 9e corps de la Ire armée du général von Klück, le village est pris d'assaut. Le château est pillé et devient au terme des combats le quartier général du général Franchet d'Espérey. Collection privée - FBN - DR

  • Ruines des habitations de la rue principale de Courgivaux après les combats du 6-7 septembre 1914. Au cours des combats, le village est la cible de l'artillerie française afin que l'ennemi ne puisse déboucher de Courgivaux. Le village est alors partiellement détruit. Collection privée - FBN - DR

  • Cimetière national de Courgivaux, 1925. © MINARM/SGA/DPMA

  • Tombes d'officiers et de soldats français inhumés dans le cimetière de Courgivaux. Collection privée - FBN - DR

  • Tombe commune située au sud-est de Courgivaux, rassemblant les corps de 152 combattants français. Collection privée - FBN - DR

  • > Retourner aux résultats

    Infos pratiques

    Adresse

    Courgivaux
    À l’ouest de Sézanne, N 4

    Horaires d'ouverture hebdomadaires

    Visites libres toute l’année

    En résumé

    Eléments remarquables

    Monument aux morts 1914-1918 et 1939-1945

    En savoir Plus

    En savoir plus

    Comité départemental du tourisme de la Marne

    13 bis, rue Carnot

    51006 Châlons-en-Champagne Cedex

    Tél. 03 26 68 37 52

    Accéder au site internet