Lettre d'information

La nécropole nationale "Le Prieuré de Binson" à Châtillon-sur-Marne

La nécropole nationale "Le Prieuré de Binson". © ECPAD

 

Pour accéder au panneau d'information de la nécropole, cliquer ici vignette_Chatillon

 

Cette nécropole nationale regroupe les dépouilles de soldats français décédés lors des combats qui se sont déroulés, en 1918, dans la région. Ce cimetière est aménagé de 1921 à 1934 pour y réunir les corps des soldats exhumés de tombes isolées ou de différents cimetières provisoires de villages de la vallée de la Marne (Rueil, Binson, Méry…). Aujourd’hui, il rassemble près de 2 671 corps dont 562 soldats en deux ossuaires. Beaucoup de ces combattants sont issus des troupes coloniales, notamment des tirailleurs sénégalais issus des 54e, 67e, 68e, 77e Bataillon de Tirailleurs Sénégalais (BTS), natifs de Côte d’Ivoire, Guinée, Mali, Sénégal. Ainsi, parmi ces soldats, reposent Ngoc Tiep Nguyen (tombe n° 742), sergent au 4e régiment du Génie, soldat natif d’Indochine, décédé le 6 avril 1917 à l’hôpital temporaire n° 36 à Verneuil et Daniel Faroi (tombe n° 1236), marsouin au 33e régiment d’infanterie coloniale, né à Saint-Denis de la Réunion et décédé le 22 juillet 1918 au Bois de Nesle-le-Repons.

 

La résistance alliée au Friedensturm, la seconde bataille de la Marne

Au printemps 1918, les Allemands peuvent, à la faveur du traité de Brest-Litovsk, concentrer tous leurs moyens sur le front occidental. Exploitant les divisions entre les Alliés, le général allemand Ludendorff cherche à repousser les Britanniques sur les côtes de la Manche en exécutant une manœuvre rapide et brutale. Au matin du 21 mars, après un bref bombardement, les troupes allemandes attaquent. En une seule journée, le front britannique est enfoncé. Une brèche s'ouvre alors à la jonction des armées britanniques et françaises. Après quatre ans d’immobilisme, le front, sous les coups de buttoir, est rompu, dans la Somme et dans l’Oise.

Tout au long du printemps 1918, les Allemands poursuivent leur effort. Le 27 mai, mobilisant toutes leurs ressources, ils lancent, sur un front de 90 kilomètres, une nouvelle offensive sur le Chemin des Dames et en Champagne en vue de séparer les armées alliées du nord de celles de l'est. Sous cette pression, les lignes françaises sont, à leur tour, enfoncées. A Bligny, les Français cherchent à enrayer le mouvement ennemi qui cherche à atteindre la Marne, s’emparer de Reims pour s’ouvrir la route de Paris. Assurant la défense de la Montagne de Reims, les Français soutenus par les Britanniques et les Italiens résistent aux assauts répétés des Allemands qui perdent les terrains nouvellement conquis.

Le 15 juillet, Ludendorff engage ses dernières forces. De Longpont à Bligny, ce sont trente divisions qui sont concentrées. Devant Reims, de Bligny à Prunay, on en recense quinze. Au terme d’un violent bombardement, d’un seul élan, les fantassins allemands atteignent la Marne sur laquelle des passerelles ont été jetées, depuis Gland jusqu’à Mareuil, sur un front de 20 kilomètres. Devançant cet assaut, les Français avaient abandonné leur 1re ligne pour se replier sur d’autres positions. Quelques postes d’observation et îlots de résistance persistent afin de signaler l’avancée des colonnes ennemies prises sous le tir des contre-batteries. Les Français appuyés par leurs Alliés infligent de lourdes pertes aux Allemands dont le mouvement s’enraye.

A Chatillon-sur-Marne, le 317e régiment d’infanterie repousse les assauts répétés de l’ennemi. Les positions sont maintenues mais cette unité est décimée.

Le 17, Ludendorff doit admettre que son offensive est un échec. On dénombre près de 20 000 prisonniers, la perte de 400 canons. Pour la 4e armée du général Gouraud et les Alliés, la victoire semble acquise. Le 18 juillet, une vaste et puissante contre-attaque est lancée. C’est le second "miracle" de la Marne. Les Français parviennent à s’emparer des objectifs stratégiques, dominant ainsi la rive droite de la Marne jusqu’à Châtillon-sur-Marne, libéré seulement à la fin juillet. Ce village comme tant d’autres de la vallée de la Marne est cité en mai 1921 à l’ordre de l’armée : "A été soumis à de nombreux bombardements qui l’a en grande partie détruit, sans cesser de conserver intacte dans les épreuves leur foi dans le succès de nos armes".

Faute de ressources humaines et matérielles, les Allemands sont débordés et lâchent progressivement leur position. En août, Paris est définitivement dégagée. Soissons, Château-Thierry et plus de 200 villages ont été délivrés. A l’automne, les Alliés entament, sur un front de 400 kilomètres, la poursuite, talonnant ainsi l’ennemi jusqu’au 11 novembre 1918.

 

  • La nécropole nationale "Le Prieuré de Binson". © ECPAD

  • La nécropole nationale "Le Prieuré de Binson". © ECPAD

  • La nécropole nationale "Le Prieuré de Binson". © ECPAD

  • La nécropole nationale "Le Prieuré de Binson". © ECPAD

  • La nécropole nationale "Le Prieuré de Binson". © ECPAD

  • La nécropole nationale "Le Prieuré de Binson". © ECPAD

  • La nécropole nationale "Le Prieuré de Binson". © ECPAD

  • Fantassin français dissimulé dans une meule de seigle, Châtillon, juin 1918. © Collections BDIC

  • Panorama de la vallée de la Marne et de la cote 65, Dormans, été 1918. © Collections BDIC

  • Soldats italiens, américains et français examinant une mitrailleuse allemande, Bois de Reims, juillet 1918. © Collections BDIC

  • Tombes allemandes provisoires sur le champ de bataille de Dormans, août 1918. © Collections BDIC

  • Sapeurs français récupérant les bateaux jetés sur la Marne par les Allemands, août 1918. Aujourd'hui, un exemplaire est encore conservé au sein du mémorial des deux batailles de la Marne à Dormans. © Collections BDIC

  • Ruines de l'église de Châtillon, septembre 1918. © Collections BDIC

  • > Retourner aux résultats

    Infos pratiques

    Adresse

    Châtillon-sur-Marne
    A 30 km au sud-ouest de Reims, sur la D23 et la D1

    Horaires d'ouverture hebdomadaires

    Visites libres toute l’année

    En savoir Plus

    En savoir plus

    Comité Départemental du Tourisme de l'Aisne

    26, avenue Charles de Gaulle

    02007 Laon

    Tél. : 03 23 27 76 76

    Contact