Lettre d'information

La nécropole nationale de Neuville-Saint-Vaast

La Targette

La nécropole nationale de Neuville-Saint-Vaast. © ECPAD

 

Pour accéder au panneau d'information de la nécropole, cliquer ici vignette_necropole_Neuville

 

Située sur la commune de Neuville-Saint-Vaast, la nécropole nationale de La Targette rassemble les corps de soldats morts pour la France en Artois où se sont déroulés de violents combats entre 1914 et 1918. Créée en 1919, elle subit, de nombreux aménagements de 1923 à 1935. En 1956, les dépouilles de militaires décédés majoritairement lors des combats de 1940 y sont transférées. Aujourd’hui, témoignant du caractère meurtrier des offensives d’Artois de 1915, cette nécropole nationale regroupe 11 443 Français dont 3 882 ont été rassemblés dans deux ossuaires au titre de la Grande Guerre. Concernant la Seconde Guerre mondiale, 593 Français, 170 Belges dont 169 reposent en ossuaire et quatre Polonais.

Parmi les soldats français, repose notamment Henri Gaudier dit Henri Gaudier-Brzeska (tombe n° 936), peintre et sculpteur, précurseur du mouvement artistique anglais en France, le vorticisme. Sergent au 129e RI, il meurt le 5 juin 1915 à l’âge de 23 ans à Neuville-Saint-Vaast.

Pour la Seconde Guerre mondiale, sont inhumées les dépouilles de Paul Nizan (tombe 8189) et de Jeanne Bartet (tombe 8352). Cette dernière, infirmière militaire à l’Union des Femmes de France de Bordeaux, a été tuée le 21 mai 1940 à proximité de l’ambulance n° 257 (Labroye). Le corps de Paul Nizan repose sous la tombe 8189. Quant à Paul Nizan, ce romancier, essayiste, journaliste et traducteur, est tué le 23 mai 1940 à Oudricq lors de l'offensive allemande contre Dunkerque.

Un monument a été érigé à la mémoire des soldats du 15e corps d’armée tombés en août 1914.

À proximité se trouvent le cimetière britannique de Cabaret Rouge, mais aussi le plus grand cimetière allemand d’Europe, le cimetière de la Maison blanche, avec plus de 44 000 tombes. Au nord de la Targette, en direction de Souchez, deux monuments dont l’un est placé à l’entrée du cimetière tchécoslovaque, honorent le souvenir des engagés volontaires polonais et tchécoslovaques dans la Légion étrangère.

Après le sursaut allié sur la Marne (6-12 septembre 1914), l’ennemi ne peut être repoussé aux frontières. Dans un ultime effort, chacun des belligérants essaie de prendre l’armée adverse à revers. Sans succès, le front se fixe à la fin d’octobre 1914 de la Mer du Nord à la frontière suisse. Après avoir brièvement occupé la ville d'Arras, les Allemands s’installent sur les crêtes qui dominent le pays minier. Au cours de l'hiver 1915, quelques tentatives françaises sont lancées contre ces positions solidement fortifiées. Au printemps, le général Joffre y prépare une importante opération en vue de rompre les lignes ennemies.

Les batailles d’Artois 1914-1918

Le 9 mai 1915, l’offensive débute sur un front de dix kilomètres. La prise de Neuville-Saint-Vaast constitue un objectif majeur. Mais les Allemands y ont solidement organisé leur position. Devant ce village dont chacune des maisons est hérissée de mitrailleuses, quatre lignes de tranchées ont été creusées. À proximité, se dresse le Labyrinthe. Cet ensemble de tranchées flanquées de fortins et de blockhaus est considéré comme imprenable. Au centre du dispositif, le 33e corps d'armée progresse rapidement. En quelques heures, les tirailleurs algériens et les légionnaires de la division marocaine atteignent leur objectif situé sur la crête de Vimy. La percée est réussie mais elle ne peut être exploitée. Très vite, la brèche est refermée.

Le 10 mai, à Carency, à Neuville-Saint-Vaast notamment au Labyrinthe, à la Targette et à Ablain-Saint-Nazaire les combats perdurent. Dans ces bourgs en ruines, chaque cave est transformée en blockhaus, qu’il faut enlever l’une après l’autre. Au cours de ces corps-à-corps, les Français subissent des pertes importantes. Au cours de ces corps-à-corps, les Français subissent des pertes importantes mais parviennent, à s’emparer du Labyrinthe, le 17 juin. Au terme de cette action, l'offensive est interrompue.

Durant l’été 1915, l'artillerie de chaque camp se déchaîne. Le 25 septembre, Joffre relance les opérations appuyées par la 1re armée britannique. En mars 1916, pour soulager les Français menacés à Verdun, les Britanniques relèvent la 10e armée. Le 9 avril 1917, les Canadiens s’emparent de la crête de Vimy. Le 3 octobre 1918, les ruines de Lens sont libérées par les Britanniques.

La bataille d’Arras, mai 1940

Le 20 mai 1940, devant la progression des Allemands, le front allié menace d’être rompu. L’ennemi est aux portes d’Arras et de Lens. Le 21, l’infanterie britannique contre-attaque. Celle-ci avance rapidement. Les prisonniers sont nombreux. Pour autant, au prix de pertes importantes, l’ennemi résiste, brise cet élan et contre-attaque.

Cette action est stoppée par les Français de la 3e division légère mécanisée, permettant ainsi de retarder le mouvement général de la guerre éclair (Blitzkrieg) et préservant ainsi, pour quelques jours, les positions sur Dunkerque.

 

  • La nécropole nationale de Neuville-Saint-Vaast. © Guillaume Pichard

  • La nécropole nationale de Neuville-Saint-Vaast. © Guillaume Pichard

  • La nécropole nationale de Neuville-Saint-Vaast. © Guillaume Pichard

  • La nécropole nationale de Neuville-Saint-Vaast. © Guillaume Pichard

  • La nécropole nationale de Neuville-Saint-Vaast. © Guillaume Pichard

  • La nécropole nationale de Neuville-Saint-Vaast. © Guillaume Pichard

  • La nécropole nationale de Neuville-Saint-Vaast. © ECPAD

  • Soldats français dans un boyau situé à flanc de colline devant Ablain-Saint-Nazaire, 1915. © ECPAD/Collection Pron de l'Epinay de Sainte-Radegonde

  • Groupe de soldats du 279e RI en position une tranchée, printemps 1915. © ECPAD/Collection Pron de l'Epinay de Sainte-Radegonde

  • Premières lignes dans la région de Lens, novembre 1915. © ECPAD

  • Ruines du village et de l'église d'Ablain-Saint-Nazaire. À l'arrière-plan, on distingue le réseau de tranchées creusées sur la colline de Notre-Dame de Lorette. © ECPAD

  • Mairie et beffroi de la ville d'Arras, 1917. © ECPAD/Jean-Baptiste Tournassoud

  • > Retourner aux résultats

    Infos pratiques

    Adresse

    62580 Neuville-saint-vaast
    Au sud de Lens, au nord d’Arras, D 937

    Horaires d'ouverture hebdomadaires

    Visites libres toute l’année

    En résumé

    Eléments remarquables

    .

    En savoir Plus

    En savoir plus

    Comité départemental du tourisme du Pas-de-Calais

    Route de la Trésorerie

    62126 Wimille

    Tél. 03 21 10 34 60

    Accéder au site internet

     

    Mairie de Neuville-Saint-Vaast

    Tel : 03 21 48 70 07

    Accéder au site internet