Lettre d'information

La nécropole nationale de Barly

La nécropole nationale de Barly. © ECPAD

 

Pour accéder au panneau d'information de la nécropole, cliquer ici vignette_Barly

 

La nécropole nationale de Barly regroupe les dépouilles de soldats morts pour la France lors des batailles d’Artois de 1914 à 1918. Créé en 1915 à proximité de l’ambulance installée dans le château de Barly, ce cimetière militaire est aménagé de 1934 à 1935 afin d'y rassembler les corps exhumés de plusieurs carrés militaires de la région. Aujourd’hui, cette nécropole réunit les corps de 323 Français et de 28 Britanniques.

 

Les batailles d’Artois en 1914-1918

Après le sursaut allié sur la Marne, au début de septembre 1914, les troupes anglaises et françaises ne peuvent repousser l’ennemi aux frontières. Dans un ultime effort, chacun des belligérants essaie de prendre l’armée adverse à revers. Sans succès, le front se fixe jusqu’aux les rivages de la Mer du Nord à la fin octobre.

Après avoir brièvement occupé la ville d'Arras, les Allemands s’installent sur les crêtes qui dominent le pays minier. Au cours de l'hiver 1915, quelques tentatives françaises sont lancées contre ces positions solidement fortifiées. Au printemps, le général Joffre y prépare une importante opération en vue de rompre les lignes ennemies.

Disposant de 1 000 canons, la 10e armée du général d'Urbal attaque sur un front de dix kilomètres entre Lens et Arras. Après une préparation d'artillerie de quelques heures, l'offensive est déclenchée le 9 mai 1915. Six corps d'armées français s'élancent. Cette action se prolonge dans la région de Lens-Liévin où combattent les Britanniques. Les Français avancent, s'emparant de notamment de La Targette. Mais rapidement l'ennemi riposte. Les pertes sont importantes notamment au sein du 146e, 156e et 160e régiments d'infanterie (RI). Au centre du dispositif, le 33e corps d'armée progresse aussi. En quelques heures, les tirailleurs algériens et les légionnaires de la division marocaine atteignent la cote 119, sur la crête de Vimy. La percée est réussie mais elle ne peut être exploitée. Très vite, les renforts allemands referment la brèche.

Le 10 mai, à Carency, à Neuville-Saint-Vaast (Le Labyrinthe) à la Targette et à Ablain-Saint-Nazaire les combats perdurent. Dans ces bourgs en ruines, chaque cave devient une solide redoute, qu’il faut enlever l’une après l’autre. Au cours de ces corps-à-corps, les Français subissent des pertes importantes. Ce jour-là, le général Barbot, commandant la 77e division de chasseurs, est tué par un éclat d’obus. Faute de résultats probants, l'offensive est interrompue en juin. Du 9 mai au 25 juin 1915, pour conquérir 20 km², les Français ont perdu 102 500 hommes, tués, disparus, blessés et prisonniers. A lui seul, le 156e RI perd 1 336 soldats et officiers durant ces combats.

Durant l’été 1915, l'artillerie de chaque camp se déchaîne. Le 25 septembre, Joffre relance les opérations appuyées par la 1re armée britannique. En mars 1916, pour soulager les Français menacés à Verdun, les Britanniques relèvent la 10e armée. Le 9 avril 1917, les Canadiens s’emparent de la crête de Vimy. Le 3 octobre 1918, les ruines de Lens sont libérées par les Britanniques.

 

  • La nécropole nationale de Barly. © ECPAD

  • La nécropole nationale de Barly. © ECPAD

  • La nécropole nationale de Barly. © ECPAD

  • La nécropole nationale de Barly. © ECPAD

  • La nécropole nationale de Barly. © ECPAD

  • La nécropole nationale de Barly. © ECPAD

  • Batterie de pièces de 75 mm en position aux environs d'Arras, septembre 1914. © Collections BDIC

  • Ruines de la Grande Place d'Arras, 1915. © Collections BDIC

  • Façade de l'hôtel de ville d'Arras, 1915. © Collections BDIC

  • Ruines du village et de l'église d'Ablain-Saint-Nazaire. À l'arrière-plan, on distingue le réseau de tranchées creusées sur la colline de Notre-Dame de Lorette. © ECPAD

  • Prisonniers allemands à Frévent, 26 septembre 1915. © Ministère de la culture (France), Médiathèque de l'architecture et du patrimoine, diffusion RMN

  • Soldats français occupant  un boyau situé sur le flanc de la colline de Notre-Dame-de-Lorette. © ECPAD

  • > Retourner aux résultats

    Infos pratiques

    Adresse

    Barly
    20 km au sud-ouest d’Arras, D 8

    Horaires d'ouverture hebdomadaires

    Visites libres toute l’année

    En savoir Plus

    En savoir plus

    Comité départemental du tourisme du Pas-de-Calais

    Route de la Trésorerie

    62126 Wimille

    Tél. : 03 21 10 34 60

    Accéder au site internet