Lettre d'information

La nécropole nationale de Montdidier - L’Égalité

Nécropole nationale de Montdidier L’Égalité. © Guillaume Pichard

 

Pour accéder au panneau d'information de la nécropole, cliquer ici vignette_Montdidier_Egalite

 

Située à proximité d'un cimetière militaire allemand, la nécropole nationale de Montdidier L’Égalité regroupe les dépouilles de 745 soldats. La grande majorité d'entre eux ont succombé à leur blessure dans les ambulances et hôpitaux de la région. Une plaque rappelle le destin singulier de Montdidier pendant la Première Guerre mondiale à l'issue de laquelle celle-ci reçut, comme cinq autres villes du département, la Légion d'honneur.

 

Un territoire marqué par les combats de la Grande Guerre

Dès les premières semaines de la guerre, le département de la Somme est le théâtre de violents affrontements. Des combats de l'automne 1914 à ceux de 1918, ce territoire, maintes fois cités dans les communiqués officiels, reste très disputé. En août 1914, Amiens est ainsi occupée pendant quelques jours. En septembre 1914, chaque armée, dans un dernier effort, tente de déborder son adversaire par le nord. Cette course effrénée est jalonnée de nombreux accrochages autour de Roye, Villiers-Bretonneux, Péronne ou Albert. La guerre s’enlise. En 1915, quelques actions aux effets limités sont conduites. En 1916, la ligne de front est secouée par l'une des plus emblématiques actions du conflit : la bataille de la Somme.

Fin 1915, les Alliés projettent de conduire une offensive importante. Mais les combats sur Verdun contrarient ces orientations. Pour autant, cette action dont l'effort principal est confié aux forces du Commonwealth est maintenue afin de dégager les forces françaises de la pression ennemie. Progressivement, l'arrière front se transforme. Routes et voies ferrées sont aménagées. Hommes et munitions sont acheminés dans les nombreux cantonnements ou dépôts.

Au 1er juillet 1916, les premières vagues britanniques s'élancent. Très vite, elles sont stoppées par les tirs nourris des mitrailleuses allemandes. L'ennemi tient solidement les lignes de crête qui dominent les vallées de l’Ancre et de la Somme. En quelques heures, près de 30 000 hommes sont hors de combat. Plus au sud, les Français enlèvent le plateau de Flaucourt. Cet élan offensif se transforme en d'inutiles et meurtrières opérations de grignotages. Méthodiquement les positions ennemies sont pilonnées, sans que réussisse la percée décisive. Le 18 novembre 1916, ce mouvement est suspendu. Au terme de  quatre mois, 650 000 Allemands, 420 000 Britanniques et 195 000 Français ont été tués ou blessés.

Au printemps 1918, les Allemands reprennent l'initiative dans ce secteur. Après de violentes actions contre les armées britanniques, le front est rompu. En avril, l'ennemi s'empare de Moisel, Ham, Péronne et Montdidier. Grâce à la résistance des troupes australiennes à Villiers-Bretonneux, Amiens reste aux mains des Britanniques. En juillet, l’armée allemande est arrêtée une nouvelle fois aux portes de Paris. Les Alliés se relancent et dégagent l'ensemble du front. Le 8 août, Canadiens, Australiens et Français attaquent entre Albert et Roye et bousculent l'ennemi. Poursuivant leur effort, à la fin août, les Alliés libèrent entièrement le département de la Somme où les destructions sont importantes.

Montdidier, une ville au destin singulier pendant la Première Guerre mondiale

Du 31 août au 13 septembre 1914, Montdidier est brièvement occupée. Après la bataille de la Marne, cette ville reste sous le feu de l'artillerie allemande. En raison des nombreux bombardements, les destructions sont importantes. Au printemps 1917, le front recule de quarante kilomètres. Après le repli allemand sur la ligne Hindenburg, Montdidier semble être définitivement dégagée. Mais au printemps 1918, Montdidier est à nouveau occupée jusqu'au 10 août, date à laquelle, la ville en ruines est définitivement libérée.

 

  • Nécropole nationale de Montdidier L’Égalité. © Guillaume Pichard

  • Nécropole nationale de Montdidier L’Égalité. © Guillaume Pichard

  • Nécropole nationale de Montdidier L’Égalité. © Guillaume Pichard

  • Nécropole nationale de Montdidier L’Égalité. © Guillaume Pichard

  • Nécropole nationale de Montdidier L’Égalité. © Guillaume Pichard

  • Nécropole nationale de Montdidier L’Égalité. © Guillaume Pichard

  • Réfugiés français quittant le secteur de Montdidier, printemps 1918. © ECPAD

  • Soldats français et britanniques sur la route de Montdidier échangeant quelques mots avant de gagner respectivement leurs positions, Hardivillers, avril 1918. © Collections BDIC

  • Soldats français assurant la moisson dans des champs récemment repris aux Allemands, 14 août 1918. © Collections BDIC

  • Usine incendiée par les Allemands à Ham après leur retrait, septembre 1918. © ECPAD

  • Traversée de camions à Montdidier. © ECPAD

  • Batterie de canons en position dans le secteur de Montdidier. © ECPAD

  • Soldats français inhumant dans un cimetière provisoire l'un de leur camarade, Montdidier. © ECPAD

  • > Retourner aux résultats

    Infos pratiques

    Adresse

    Montdidier
    Sur la D 329 (rue Jean Doublet), jouxtant un cimetière allemand

    Horaires d'ouverture hebdomadaires

    Visites libres toute l’année

    En savoir Plus

    En savoir plus

    Comité du Tourisme de la Somme

    21, rue Ernest Cauvin

    80000 Amiens

    Tél. : 03 22 71 22 71

    Accéder au site internet