Lettre d'information

La nécropole nationale de Lihons

La nécropole nationale de Lihons. © ECPAD

 

Pour accéder au panneau d'information de la nécropole, cliquer ici vignette_necropole_Lihons

 

Créée en 1915 par les autorités militaires françaises, la nécropole de Lihons regroupe, au titre de la Première Guerre mondiale, les dépouilles de 6 587 soldats français dont 1 671 reposent en ossuaires ainsi que les dépouilles de six Britanniques et deux Arméniens. Aménagée successivement en 1919, puis en 1935-1936, cette nécropole est aujourd’hui située sur l’ancien emplacement occupé, en septembre 1916, par les batteries de pièces de 95mm du premier groupe du 110e régiment d’artillerie lourde.  Elle rassemble aussi les corps exhumés d’autres cimetières provisoires des alentours, notamment ceux de Belloy-en-Santerre ou de Framerville.

A la lisière nord-est du village de Lihons, dans un petit espace paysager, s’élève un imposant monument érigé par sa famille où repose le Prince Louis Murat, maréchal des logis au 5e régiment de cuirassiers à pied. Arrière-arrière-petit-neveu de Napoléon 1er, et petit-fils du maréchal d’Empire Joachim Murat, ce jeune homme de 19 ans, engagé Volontaire, est tué à l'ennemi le 21 aout 1916 au nord de Lihons. L’aigle impérial qui surmontait ce monument est aujourd’hui conservée à la mairie de Lihons.

Par ailleurs, à Vermandovillers, se trouve la plus grande nécropole allemande de la Somme avec 22 665 soldats allemands et où reposent entre autre, quatre aviateurs de l’escadrille du baron Manfred von Richtofen.

Lihons, un village de la ligne de front

Les premiers engagements dans la Somme ont lieu à partir du 22 septembre 1916 lors de la "course à la mer", manœuvre au cours de laquelle chacun des belligérants essaie de contourner par le nord l’armée ennemie. Après d’âpres combats, les ruines de Lihons restent aux mains des Français. Mais l’offensive la plus importante majoritairement portée par les Britanniques, a lieu en 1916. Le général français Joffre et le maréchal anglais Haig décident d’attaquer dans un secteur où les opérations sont peu nombreuses, à la jonction des armées françaises et britanniques.

Appuyée par l’artillerie, ce mouvement débute le 1er juillet 1916. Malgré l’engagement d’importants moyens, les pertes humaines des premiers jours sont très élevées et rapidement l’offensive s’enlise dans une guerre d’usure. L’avancée française est plus sensible que celle des soldats britanniques et du Commonwealth. Progressivement renforcés, les Français tentent de développer leurs actions au nord de la Somme mais les résultats de ces opérations ne correspondent pas aux attentes. Pendant dix semaines, les troupes alliées "grignotent" les positions allemandes sans réussir la percée décisive. Le 18 novembre 1916, l’offensive cesse définitivement.

En mars 1917, le secteur est transféré aux autorités britanniques et le reste jusqu'à l'offensive allemande en Picardie de 1918. A nouveau occupé, Lihons est définitivement libéré lors de la contre-offensive alliée menée dans le Santerre à partir du 8 août 1918.

Le régiment de marche de la Légion étrangère dans la Somme

Dès le 3 août 1914, 32 000 volontaires étrangers rejoignent la Légion étrangère. Considérés comme des troupes d’élite, ces hommes sont engagés sur tous les fronts, notamment lors des offensives de Champagne. Fin 1915, le Régiment de Marche de la Légion Étrangère (RMLE) est créé.

En juillet 1916, le RMLE rejoint le front de la Somme. Le 4, cette unité s’élance au milieu de la plaine ravagée depuis ses positions devant Assevilliers. Elle doit en effet conquérir les ruines de Belloy-en-Santerre puissamment fortifiées par l’ennemi. Au son de la musique traditionnelle de la Légion, le "boudin", les légionnaires s’élancent. En quelques minutes, la première vague d’assaut du 3e bataillon est mise hors de combat. Pourtant, au prix d’importants efforts, les légionnaires parviennent à atteindre leur objectif. A Belloy-en-Santerre, la Légion perd, en quelques heures, 869 hommes dont 25 officiers, soit le tiers de son effectif.  Parmi eux, figure le commandant Ruelland, chef du 1er bataillon, inhumé aux côtés d’autres légionnaires à Marcelcave.

La nécropole de Lihons attachée au souvenir du poète américain Alan Seeger

Au cours de cet assaut disparaît le caporal Alan Seeger. Après avoir grandi au Mexique, cet ancien étudiant d’Harvard s’installe à Paris. Sensible et romantique, il s’engage, comme une cinquantaine d’autres volontaires américains, dans la Légion étrangère. Après une brève instruction, il rejoint le front où son quotidien reste des plus difficiles.

Le 4 juillet 1916, jour de la fête nationale américaine, ce poète meurt, après avoir chanté tout au long de la nuit des refrains populaires français. Aujourd’hui, sa dépouille repose vraisemblablement au sein de l’ossuaire n°1 auprès de nombreux autres volontaires engagés dans la Légion étrangère. En effet, en raison de bombardements ultérieurs, la tombe de ce jeune écrivain fut détruite. Il est l’auteur du poème I have a rendez-vous with death (J'ai rendez-vous avec la mort), écrit le 1er juillet 1916. Son corps n'a pas pu être identifié avec certitude. Depuis 2006, une stèle rappelle le souvenir de cet écrivain-combattant, symbole de l’engagement militaire de la jeunesse et de celui des Américains.

 

  • La nécropole nationale de Lihons. © ECPAD

  • La nécropole nationale de Lihons. © ECPAD

  • La nécropole nationale de Lihons. © ECPAD

  • La nécropole nationale de Lihons. © ECPAD

  • La nécropole nationale de Lihons. © ECPAD

  • La nécropole nationale de Lihons. © Guillaume Pichard

     

  • La nécropole nationale de Lihons. © Guillaume Pichard

  • Convoi de prisonniers allemands à Lihons. © Ministère de la culture, Médiathèque de l'architecture et du patrimoine, diffusion RMN

  • Quartier général du général Boulangé, commandant la 51e division au premier plan, à la Tour-Carrée (carrières entre Vauvillers et Lihons), 12 septembre 1916. © Ministère de la culture, Médiathèque de l'architecture et du patrimoine, diffusion RMN

  • Entrée d'une galerie de tranchée (Lihons). © CIL/Collection Jacques André

  • Etat de la chapelle de Lihons après l'attaque, septembre 1916. © Ministère de la culture, Médiathèque de l'architecture et du patrimoine, diffusion RMN

  • Ruines de l’église de Maucourt, septembre 1916. © Ministère de la culture, Médiathèque de l'architecture et du patrimoine, diffusion RMN

  • Lihons en ruines (Somme). © CIL/Collection Jacques André

  • Portrait photographique du poète américain Alan Seeger. "Jeune légionnaire, enthousiaste et énergique, aimant passionnément la France. Engagé volontaire au début des hostilités, a fait preuve au cours de la campagne d'un entrain et d'un courage admirables. Glorieusement tombé le 4 juillet 1916", Citation à l'ordre du jour de la Division du Maroc, 25 décembre 1916. © Collection privée - FBN - DR

  • > Retourner aux résultats

    Infos pratiques

    Adresse

    Lihons
    Au nord de Roye, D 337

    Horaires d'ouverture hebdomadaires

    Visites libres toute l’année

    En résumé

    Eléments remarquables

    .

    En savoir Plus