L’ABMC, le gardien de la mémoire américaine

Chapeau

En cette année mémorielle qui célèbre l’engagement des États-Unis en 1917, l’American Battle Monuments Commission (ABMC) est impliquée dans la réalisation de nombreux projets en France et à l’étranger. L’occasion de revenir sur le rôle et les missions de cet organisme.

Meuse-Argonne American Cemetery, Romagne-sous-Montfaucon, France. © ABMC / Warrick Page
Texte

Agence fédérale américaine chargée de la gestion des nécropoles et monuments commémoratifs militaires, l’American Battle Monuments Commission (ABMC, Commission américaine des monuments de guerre) a été créée par le Congrès des États-Unis, le 4 mars 1923. Le général Pershing (1860-1948), qui avait commandé les troupes américaines en France durant la Grande Guerre, fut son premier président. La Commission va jouer en 2017 un rôle essentiel dans la transmission du souvenir de l’engagement des États-Unis pendant la Première Guerre mondiale.

Depuis sa création, l’ABMC a vocation à assurer l’entretien et la conservation des cimetières et des monuments commémoratifs américains se situant hors des États-Unis. À ce titre, elle intervient à plusieurs niveaux. Tout d’abord, elle est responsable de la construction et de l’entretien des cimetières militaires américains situés à l’étranger, afin d’honorer la mémoire de ceux qui ont fait le sacrifice de leur vie. Elle est par ailleurs chargée de la réalisation et de l’entretien des monuments, mémoriaux et plaques commémoratives installés là où les forces armées américaines ont servi depuis le 6 avril 1917, rappelant ainsi leurs faits d’armes. Elle assure également l’entretien des monuments implantés sur le territoire américain lorsque la loi le prévoit. Elle supervise enfin les projets de construction de monuments, mémoriaux et plaques commémoratives militaires engagés par des citoyens américains ou par des organisations, tant publiques que privées, et encourage ces derniers à les préserver.

À ce jour, l’ABMC gère et entretient vingt-six cimetières militaires et vingt-sept monuments, plaques commémoratives et lieux de mémoire dans seize pays à travers le monde. Témoignages d’une histoire commune qui fonde la mémoire partagée entre la France et les États-Unis, douze de ces cimetières et treize de ces monuments se trouvent en France. Parmi ces lieux du souvenir, le Mémorial de l’Escadrille La Fayette, édifié à Marnes-la-Coquette en 1928, dernière demeure de 68 des quelque 250 pilotes américains volontaires de la Première Guerre mondiale, a rejoint récemment le riche patrimoine de l’ABMC. Les cimetières gérés par l’ABMC rendent aussi hommage aux soldats disparus au combat ou en mer lors des deux guerres mondiales, de la guerre de Corée et de la guerre du Vietnam, témoignant ainsi d’une continuité de l’engagement et du sacrifice des combattants américains depuis un siècle.

Des centres d’interprétation ont été aménagés près de plusieurs cimetières comme c’est le cas au Cambridge American Cemetery, au Sicily-Rome American Cemetery et au Normandy American Cemetery à Colleville-sur-Mer. Un autre centre d’interprétation a été créé à la Pointe du Hoc. À l’occasion du "Memorial Day", l’ABMC inaugurera le 29 mai son cinquième centre au Meuse-Argonne American Cemetery, à Romagne-sous-Montfaucon. Trois autres centres d’interprétation sont en cours de réalisation, au Manila American Cemetery aux Philippines, au Château-Thierry Monument, en France, et au Flanders Field American Cemetery, en Belgique. Ces futurs lieux de mémoire entendent enrichir l’expérience des visiteurs sur les sites de l’ABMC, en présentant des expositions. Des visites guidées sont également proposées gratuitement, en anglais et dans la langue locale. Certaines sont dédiées aux scolaires, conformément aux programmes de l’Éducation nationale, afin de proposer aux plus jeunes un espace pédagogique utile à leur compréhension de l’histoire des soldats américains. En 2017, l’accent sera mis en priorité sur les sites de la Première Guerre mondiale dans le cadre des commémorations du centenaire de l’entrée en guerre des États-Unis.


Auteur
Marine Queinnec - Public Affairs & Communications Assistant, American Battle Monuments Commission

Articles de la revue

Articles en lien

La Fayette nous voici !
Entrée en guerre des États-Unis en 1917
John Pershing