Lettre d'information

La nécropole nationale d’Origny - Sainte-Benoîte

La nécropole nationale d’Origny - Sainte-Benoîte. © ECPAD

 

Pour accéder au panneau d'information de la nécropole, cliquer ici vignette_Origny

 

La nécropole nationale d’Origny-Sainte-Benoîte est créée par l’armée allemande qui, après la bataille de Guise (28-29 août 1914) inhume dans une tombe collective les dépouilles de combattants français. Après la guerre, les autorités de l'Etat l'aménagent à nouveau. Aujourd'hui, cette nécropole rassemble 87 corps en ossuaire de soldats français des 6e et 119e régiments d'infanterie (RI) dont les noms figurent sur un monument commémoratif.

La nécropole d'Origny-Sainte-Benoîte est typique des cimetières militaires du début de la Première Guerre mondiale, et du traitement de la mort par les autorités militaires françaises et allemandes. Le principe des tombes collectives subsiste jusqu'en 1915, mais le recours aux tombes individuelles se généralise très vite au sein des deux armées.

A proximité, existe un cimetière allemand de 3 941 sépultures de militaires tués lors de la bataille du Mont d’Origny en octobre 1918.

La bataille de Guise, 28-30 août1 914

Après l'échec de la bataille des frontières et la perte de Charleroi, le haut-commandement français veille à ralentir l’avancée des troupes allemandes qui progressent vers Paris. Après avoir été engagée en Belgique, la 5e armée du général Lanrezac entame un mouvement rétrograde pour s'opposer aux troupes allemandes du général von Bülow.

Le 26 août, le 6e et le 119e RI franchissent à nouveau la frontière belge. Mais au soir du 27 août la situation est des plus délicates. La 5e armée est menacée sur ses deux flancs. Lanrezac envisage déjà l'éventualité d'une retraite sur Laon. Mais après le désastre de Mons, les Britanniques entament leur repli. Le 28, les unités françaises se dirigent vers Vervins où se prépare une nouvelle action visant à retarder l'ennemi. En effet, le général Joffre prescrit à la 5e armée de suspendre son recul pour attaquer en direction de Saint-Quentin, occupée depuis peu par les Allemands. A la hâte, des troupes de réserve sont engagées notamment à Renansart. Le 10e corps d'armée (CA) supporte le principal effort mais ne peut contenir la poussée allemande. Aussi, cherche-t-il à se déployer plus au sud pour dégager Saint-Quentin.

Pour leur part, les hommes du 6e RI doivent garder cinq ponts de l'Oise, organiser des tranchées et des barricades. Le 29, ils cantonnent à Courjumelles (Aisne) avant de se déployer dans le secteur d’Origny, notamment sur la cote 133 en vue d'attaquer la Ferme de Jonqueuse. De son côté, le 119e RI stationné à Faucouzy au sud de Guise reçoit l'ordre de contre-attaquer et de traverser l'Oise au pont d'Origny et au gué de Bernot puis de remonter sur la rive droite de l'Oise pour protéger le 18e corps d'armée d'une attaque allemande venant du Nord. L’attaque échoue à 300 m des positions ennemies. Faute d'appui de l'artillerie, les Français se replient.

En milieu de matinée, le 6e RI progresse à travers Origny. L’offensive allemande est rude et les troupes ennemies pénètrent dans le village où de violents combats de rue éclatent. Plusieurs compagnies s'accrochent et parviennent à faire reculer l’armée allemande sur le secteur de la Chapelle-Sainte-Benoîte. Les pertes sont importantes. Refusant de se rendre, le capitaine Perrin charge vigoureusement à la tête de ses hommes. Le colonel Doe de Mandreville, grièvement blessé est soigné chez un habitant.

A midi à Origny, les soldats français sont prêts à traverser l'Oise mais ils doivent abandonner leurs positions pour gagner le village de Jonqueuse où l'ennemi est signalé. Aux abords du village, les Français sont accueillis par un feu nourri. Les pertes sont importantes.

Le 30, le 6e RI se poste à nouveau vers Origny puis reçoit l’ordre d'attaquer la crête face à la chapelle Sainte-Benoîte. En arrivant sur la cote 107, le détachement du 6e RI progresse sous le feu de l'artillerie française et allemande et subit de lourdes pertes. Le 119e RI, dont le 1er bataillon arrive seul au Signal d'Origny, connaît le même sort que le 6e RI. Au cours de ces combats, ce régiment enregistre la perte de 18 combattants (officiers et soldats) et 125 blessés. Le 119e RI perd 23 hommes et compte 151 blessés. Ces unités poursuivent leur effort. Ils se placent alors sur la ligne de Viermont – cote 119 –  et le Signal d’Origny en vue d’une offensive générale vers le nord le lendemain.

Mais, la présence de troupes allemandes au sud de l'Oise contraint le général Lanrezac à limiter cette action. Au terme de ces combats, les Français ont pu ralentir le rythme de la progression allemande. Pour autant, la 5e armée reste toujours menacée sur ses ailes. De plus, le corps expéditionnaire britannique poursuit son repli. En dépit des ordres de Joffre, Lanrezac abandonne ses positions si chèrement conquises. En conséquence, malgré ce succès moral et l’inflexion de l'itinéraire défini par le plan d'invasion allemande, Lanrezac est limogé le 3 septembre. Faute de moyens suffisants, Saint-Quentin reste aux mains de l'ennemi jusqu'au 2 octobre 1918.

 

  • La nécropole nationale d’Origny-Sainte-Benoîte. © ECPAD

  • La nécropole nationale d’Origny-Sainte-Benoîte. © ECPAD

  • La nécropole nationale d’Origny-Sainte-Benoîte. © ECPAD

  • La nécropole nationale d’Origny-Sainte-Benoîte. © ECPAD

  • Fantassins français en position dans un champ. Au cours de l'été 14, vêtus d'un pantalon rouge garance et capote bleue, les soldats français restent particulièrement exposés aux tirs des mitrailleuses ennemies. © Collection particulière FBN - DR

  • Dépôt de la Kommandantur de Saint-Quentin, 1916. © Archives départementales de l'Aisne

  • Militaires allemands devant des ruines à Guise, 1917. © Archives départementales de l'Aisne

  • Soldats allemands devant les ruines de la basilique de Saint-Quentin, mars 1918. © Archives départementales de l'Aisne

  • Ruines de la basilique de Saint-Quentin. © CIL/Collection Thomas Carriot

  • Monument funéraire allemand à Guise, 1914. © Archives départementales de l'Aisne

  • > Retourner aux résultats

    Infos pratiques

    Adresse

    Origny-Sainte-Benoite
    À l’est de Saint-Quentin, N 29

    Horaires d'ouverture hebdomadaires

    Visites libres toute l’année

    En résumé

    Eléments remarquables

    Monument aux morts des 6e et 119e RI.de 1914

    En savoir Plus

    En savoir plus

    Agence de développement et de réservation touristiques

    24/28, avenue Charles de Gaulle

    02007 Laon

    Tél. 03 23 27 76 76

    Accéder au site internet