Lettre d'information

La nécropole nationale de Sept-Saulx

La nécropole nationale de Sept-Saulx. © ECPAD

 

Pour accéder au panneau d'information de la nécropole, cliquer ici vignette_Sept-Saulx

 

Créée en 1915 lors des opérations militaires en Champagne, la nécropole de Sept-Saulx regroupe, au titre de la Grande Guerre, 3 043 corps de soldats français ainsi que deux autres combattants tués au cours de la Seconde Guerre mondiale. À partir de 1920, elle est aménagée pour réunir les corps de soldats exhumés de tombes isolées ou de différents cimetières provisoires de la région, en particulier ceux de la Veuve, la Ferme de Moscou et du Mont de Billy.

 

Les batailles de Champagne – 1914-1918

En dépit du sursaut allié de septembre 1914 sur la Marne et malgré les tentatives de débordement de l'automne, chacun des belligérants s'enterre, marquant ainsi le début de la guerre de position. À Sept-Saulx, deux hommes sont accusés d'avoir déserté les combats. Le 14 octobre 1914, le premier, Fernand Duverger, soldat au 68e régiment d'infanterie est fusillé. L'autre, un sergent de la même unité est dégradé. Au cours de l'année 1915, le général Joffre lance en Champagne d'autres offensives, toujours plus importantes. En dépit de l'emploi croissant d'effectifs et d'artillerie, ces actions toujours plus meurtrières ne peuvent rompre les lignes allemandes. En 1916, malgré quelques actions limitées, le front de Champagne connaît un calme relatif. En juillet 1918, ce front est au cœur des enjeux. Les Allemands, après de puissantes offensives, menacent d'y percer définitivement le front allié. Appuyée par les Américains, la 4e armée du général Gouraud, enlève, au cours de l'automne, de nombreuses positions, dégageant ainsi définitivement Reims. Poursuivant leur effort, talonnant l'ennemi ils repoussent les Allemands jusque dans les Ardennes.

La défense de Reims, ville symbole de la Grande Guerre

Située sur les chemins d'invasion, la ville de Reims accueille de nombreux réfugiés belges et ardennais. Le 4 septembre 1914, les Allemands pénètrent dans cette ville, puis l'abandonnent, le 12 septembre pour se replier sur la ceinture fortifiée de Reims. Les Français parviennent à s'emparer du fort de la Pompelle et celui de Montbré. Située au plus près du front, Reims subit près de 1 051 jours de bombardement tout au long de la guerre. Au cours de l'un d'eux, la cathédrale de Reims est incendiée. Les civils ne sont pas tous évacués et certains continuent même de travailler la vigne. Les combats sont des plus violents autour de la Pompelle et de la ferme d'Alger. Au printemps 1918, l'ensemble des civils est évacué. En mai, le projet d'abandonner Reims est évoqué. En juillet, Reims est encerclée, constituant une menace constante pour l'ennemi. En mars 1918, les Allemands y déploient une vaste opération au cours de laquelle sont engagés plusieurs chars (dont des tanks britanniques pris à l'ennemi et des chars allemands A7V Sturmanzerwagen). Du 15 au 17 juillet, d'ultimes tentatives sont vainement lancées par les Allemands.

Le général Van Waertmeulen

Après avoir assuré de nombreuses campagnes coloniales notamment au Tonkin, Henri Van Waertmeulen conduit, au cours de l'été 1914, le commandement d'un régiment colonial. Général de brigade en 1917, cet homme commande la 165e division d'infanterie. Blessé grièvement par éclat d'obus, il succombe, le 16 juillet 1918, à l'ambulance 13/20 installée à Sept-Saulx. Aujourd'hui, sans aucune autre distinction, respectant ainsi l'égalité des grades devant la mort de masse, son corps est inhumé aux côtés de ses hommes en ce lieu (Tombe 2478). Commandeur de la Légion d'Honneur, il est l'un des 41 généraux morts pour la France au cours de la Première Guerre mondiale, et le dernier officier général avoir été tué lors de cette guerre. Son nom est porté sur le monument aux morts érigé en l'église des soldats de Saint-Louis des Invalides (Paris).

 

  • La nécropole nationale de Sept-Saulx. © ECPAD

  • La nécropole nationale de Sept-Saulx. © ECPAD

  • La nécropole nationale de Sept-Saulx. © ECPAD

  • La nécropole nationale de Sept-Saulx. © ECPAD

  • La nécropole nationale de Sept-Saulx. © ECPAD

  • La nécropole nationale de Sept-Saulx. © ECPAD

  • Remise du drapeau aux Polonais en présence du général Gouraud. © ECPAD

  • Soldats français effectuant les moissons dans la région de Reims. © ECPAD

  • Passage camouflé à Sept-Saulx. © ECPAD

  • Soldats français dans une tranchée en Champagne. © ECPAD

  • Boyau en Champagne. © ECPAD

  • Parvis d'entrée de la nécropole de Sept-Saulx, 1930. © MINARM/SGA/DMCA

  • > Retourner aux résultats

    Infos pratiques

    Adresse

    Sept-Saulx
    À 20 km au sud-est de Reims, sur la D 57

    Horaires d'ouverture hebdomadaires

    Visites libres toute l’année

    En résumé

    Eléments remarquables

    Tombe du général van Vaetermeulen, mort pour la France le 16 juillet 1918

    En savoir Plus

    En savoir plus

    CRDP de Champagne-Ardennes

    Centre régional de documentation pédagogique

    17, boulevard de la Paix – 51063 Reims

    Tél. : 03 26 49 58 58

    Contact


    Comité Départemental du Tourisme de la Marne

    13 bis, rue Carnot

    51006 Châlons-en-Champagne

    Tél. : 03 26 68 37 52

    Accéder au site internet