Lettre d'information

La nécropole nationale de Bras-sur-Meuse

La nécropole nationale de Bras-sur-Meuse. © ECPAD

 

Pour accéder au panneau d'information de la nécropole, cliquer ici vignette_Bras-sur-Meuse

 

La nécropole nationale de Bras-sur-Meuse rassemble les dépouilles de 6 537 corps de soldats morts pour la France. Au titre de la Première Guerre mondiale, 6 386 Français dont 2 000  dans deux ossuaires y sont rassemblés. Créée en 1916, lors de la bataille de Verdun (février-novembre 1916), elle est successivement aménagée de 1919 à 1934. Il s’agit d’un cimetière de regroupement des corps exhumés de cimetières militaires de la rive droite de la Meuse, notamment ceux des soldats décédés au poste de secours ou dans les ambulances implantées à La Fourche lieu de croisement des routes de Louvemont et Douaumont. Dans les ossuaires sont inhumés des soldats inconnus, non identifiés, tombés à la cote 344, Haudromont, Froideterre, cote du Poivre, Thiaumont, Louvemont…

En 1961, les dépouilles de 151 combattants décédés lors des combats de juin 1940 et inhumés lors de la Deuxième Guerre mondiale dans plusieurs villages de la Meuse y ont été rassemblées.

Parmi les soldats, repose le caporal Louis Micol, du 19e bataillon de chasseurs, fondateur de l’un des premiers journaux du Front Le son du cor, journal de tranchée des chasseurs à pied, décédé le 18 septembre 1915 à Brabant (tombe n° 390).

 

La bataille de Verdun 1916-1918

Lors de la bataille de la Marne, Verdun et sa couronne de forts forment un camp retranché sur lequel s'appuie solidement la 3e armée du général Sarrail. L'ennemi tente de faire tomber ce secteur par l’action combinée de deux attaques : l'une à l'ouest contre Revigny-sur-Ornain et l'autre à l'est contre le fort de Troyon. Toutes deux sont des échecs.

Durant l'année 1915, le général Joffre, au travers d'opérations meurtrières, attaque à l'est le saillant de Saint-Mihiel, et engage à l'ouest, les 3e et 4e armées dans la défense de l'Argonne. Ces combats locaux où l'on a recourt à la guerre de mines s'enlisent et deviennent pour les combattants d'éprouvantes opérations de grignotage.

C'est donc dans ce secteur où les positions françaises sont mal entretenues, que le général allemand Falkenhayn décide de déclencher une offensive visant à user l'armée française. Le 21 février 1916, l'opération Gericht est lancée contre les positions françaises. Après un violent bombardement de la rive droite de la Meuse et de Verdun, les Allemands avancent sur un terrain ravagé. En quatre jours, ils progressent de 6 km malgré la résistance acharnée du 30e corps d’armée, qui défend le bois des Caures.

Le 25 février, l’ennemi prend le fort de Douaumont, tandis que la 2e armée du général Pétain, est chargée de défendre Verdun. Il organise le front et le ravitaillement. La route Bar-le-Duc-Verdun devient la grande artère, la "Voie Sacrée", qui alimente, jour et nuit, la défense de Verdun.

Bloquée devant Vaux et de Douaumont, la Ve armée allemande élargit son action à la rive gauche de la Meuse mais elle est repoussée, le 9 avril, par les Français sur la côte 304 et au Mort-Homme. Pour chaque soldat français et allemand, la bataille devient "l’enfer de Verdun" où l'artillerie triomphe. Le 7 juin, en dépit d’une défense héroïque, le fort de Vaux, attaqué aux lance-flammes et aux gaz, tombe à son tour. Les Allemands jettent toutes leurs forces dans la bataille. Le 23 juin, 80 000 fantassins allemands, précédés d’un déluge d’obus à gaz, prennent le village de Fleury. Le 26, les Allemands prennent Thiaumont.

L’offensive franco-anglaise du 1er juillet déclenchée sur la Somme contraint les Allemands à dégarnir progressivement le front de Verdun en y puisant troupes, avions et canons. Le dernier assaut d’envergure a lieu les 11 et 12 juillet et vient buter contre le fort de Souville, à trois kilomètres seulement de Verdun. Une lutte des plus âpres continue pour la côte 304 et le Mort-Homme. Du 21 février au 15 juillet, les deux armées tirent plus de 40 millions d’obus de tous calibres. Du côté français, les trois quarts de l’armée passent à Verdun où l'on recense au 15 juillet la perte de 275 000 tués, blessés, prisonniers. Il en est de même du côté allemand.

Le 24 octobre, le fort de Douaumont est repris. Le 2 novembre, le fort de Vaux est aux mains des Français. Ainsi, de février à novembre 1916, Français et Allemands se sont affrontés au cours de l'une des plus terribles batailles de l'histoire de la Grande Guerre.

En août 1917, les Français reprennent la côte 304 et le Mort-Homme, dégageant ainsi complètement Verdun. Mais la lutte s’éternise sur la crête des Caurières où l’artillerie ennemie emploie de nouveaux obus à gaz ypérite.

Le 26 septembre 1918, les Alliés attaquent de la Champagne à la Meuse. Le Bois des Caures est repris en octobre.

La "bataille de France", 5 juin - 25 juin 1940

De septembre 1939 à juin 1940, de nombreuses troupes coloniales participent à la campagne de France contre l’invasion allemande. La bataille dite "de France" débute à la mi-mai sur un front dans l'Aisne et la Somme, grâce à des unités prélevées en Afrique et dans l'Est. Le 5 juin, les Allemands passent à l’offensive sur la Somme et ont pour objectif Paris. La résistance alliée vient soutenir les combats mais l’ennemi progresse jusqu’à Rouen le 9 juin.

Après une résistance désespérée entre Rethel et l'Argonne, le dispositif français n’est pas assez fort pour stopper l’avancée allemande dans la Marne près d'Épernay le 11 juin. Peu à peu, ils atteignent le 12 Langres, Dijon et Belfort. Weygand déclenche une retraite générale mais il est déjà trop tard. Les Allemands entrent dans Paris le 14 juin, à Orléans le 17, à Rennes et à Nantes le 19, à La Rochelle le 22. Au cours de ces offensives, de nombreuses villes et des villages sont sinistrés par les combats et des milliers de soldats sont faits prisonniers par les troupes d’occupation.

 

  • La nécropole nationale de Bras-sur-Meuse. © ECPAD

  • La nécropole nationale de Bras-sur-Meuse. © ECPAD

  • La nécropole nationale de Bras-sur-Meuse. © ECPAD

  • La nécropole nationale de Bras-sur-Meuse. © ECPAD

  • La nécropole nationale de Bras-sur-Meuse. © ECPAD

  • La nécropole nationale de Bras-sur-Meuse. © ECPAD

  • Soldats allemands à l'intérieur d'une tranchée, secteur de Douaumont, 1916. © ECPAD

  • Soldat soigné dans l'infirmerie située dans le fort de Douaumont, décembre 1916. © Collections BDIC

  • Poste de secours dans les ruines de Vacherauville, septembre 1917. © Collections BDIC

  • Champ de bataille autour du fort de Douaumont, mars 1918. © Collections BDIC

  • Corvée dans un boyau situé sur la cote de Talou, nord-ouest de Vacherauville, août 1918. © Collections BDIC

  • Péniches bombardées sur le canal de l'Est, août 1918. Au second plan, les ruines de Vacherauville. © Collections BDIC

  • Cimetière militaire de Vacherauville, juillet 1915. © Collections BDIC