Lettre d'information

La nécropole nationale La Forestière à Lachalade

La nécropole nationale La Forestière. © ECPAD

 

Pour accéder au panneau d'information de la nécropole, cliquer ici vignette_La Forestiere

 

La nécropole nationale La Forestière, également surnommée "la nécropole aux hortensias", regroupe principalement les dépouilles de soldats morts pour la France lors des combats en Argonne en 1914-1918. Créé en 1915, ce cimetière est aménagé de 1920 à 1925 pour rassembler d’autres corps de soldats tombés dans ce secteur, exhumés de cimetières militaires de la rive gauche de la Meuse. Aujourd'hui, 2 005 soldats y reposent.

Au paysage unique, cette nécropole se caractérise par ses hortensias bleus, roses et blancs. Plantées après la guerre par la Comtesse de Martimprey, veuve du capitaine de Martimprey, ces fleurs témoignent de l'affliction de cette femme dont le mari a été porté disparu lors des combats de la Haute-Chevauchée à la cote 285 le 13 juillet 1915. A Lachalade, s’élève un monument à la mémoire des volontaires italiens tombés en Argonne, dont Brunon et Costante Garibaldi, petits-fils de Giuseppe Garibaldi héros de l’indépendance italienne. Parmi les combattants italiens, a été engagé Lazare Ponticelli dernier poilu français, d’origine italienne, décédé en 2008. A proximité, une croix rappelle l’emplacement de l’ancien cimetière des Garibaldiens, dont les sépultures ont été transférées au cimetière italien de Bligny (Marne).

L’Argonne en 1914-1918

Située entre la Meuse et la Champagne, l'Argonne est fortement boisée. Cette forêt s’étend sur 40 km de long et environ 20 km de large. Son relief accidenté comprend notamment la crête de la Haute-Chevauchée culminant à 285 m. Espace fermé et compartimenté, ce massif a peu de voies de communication et est desservi surtout par le chemin de fer.

Pour ces raisons, l'Argonne est épargnée par les premières opérations militaires de la guerre. Pourtant, à l'automne 1914, depuis la victoire de la Marne et l'échec de la « course à la mer », le front se fige. A la fin de l’année 1914, ce secteur est le théâtre d’âpres combats locaux où les tranchées ne sont souvent séparées que d’une dizaine de mètres. La ligne de front est désormais continue entre la Champagne et la Meuse, les épaisses forêts d’Argonne sont une position stratégique, lourdement fortifiées afin d’éviter que les armées françaises ou allemandes ne se retrouvent débordées ou coupées de leurs arrières.

Au début de l'année 1915, le général Joffre applique une stratégie nouvelle, celle du "grignotage". Les forces armées sont engagées dans d'importantes attaques localisées et répétées contre une position ennemie. Au terme de chacune de ces actions, les pertes s'avèrent plus importantes que les résultats obtenus. Pour dissimuler de tels ravages, la lutte pour un mur ou la conquête d’une ruine devient une victoire retentissante dans les communiqués ou dans la presse. Cette dernière relate, par exemple, en janvier 1915, le baptême du feu des volontaires italiens conduits par Giuseppe Garibaldi qui entrent ainsi dans la légende. Aux prises avec les chasseurs silésiens et hessois, ils s'illustrent dans le ravin des Meurissons où est érigé, depuis 1933, un monument commémoratif.

Par ailleurs, la nature du terrain ne facilite pas l’emploi de l’artillerie. Chaque belligérant utilise de nouvelles armes comme l'artillerie de tranchée, les grenades, ou le lance-flammes. Plus qu'en d'autres secteurs, on y mène une véritable guerre de siège, où le conflit prend une nouvelle forme : la guerre des mines. Le recours à cette forme antique de l'attaque des places fortes revient aux Allemands qui, à la fin novembre 1914, utilisent ce procédé dans le secteur 263. En Argonne, se développe une véritable guerre souterraine. Employant des outils pneumatiques modernes, les sapeurs creusent des tunnels de plus en plus profonds sous les lignes ennemies. A leur extrémité, une charge explosive dont la puissance ne cesse d'augmenter est posée puis explose. En surface, fort de cet effet de surprise, l'infanterie s'élance pour s'emparer des positions bouleversées. D'octobre 1915 à juin 1916, plus de 220 explosions sont recensées dans le secteur de la Fille Morte.

Mais au terme de ces combats, il n’y a souvent ni vainqueur ni vaincu. Renonçant à de nouveaux efforts, chacun des belligérants s’accroche à un terrain dévasté. L'Argonne n'est qu'une succession d'entonnoirs comme à la Haute-Chevauchée, marquant à jamais le paysage. En 1916, faute de résultats probants et des opérations à Verdun, le front de l'Argonne perd en intensité même si des opérations aux effets limités y sont encore conduites notamment sur la butte de Vauquois.

En septembre 1918, les troupes américaines du général Pershing et la 2e armée française du général Hirschauer doivent conquérir définitivement ce massif et rejeter les Allemands vers la Meuse. Le 26 puis le 28 septembre, la butte de Vauquois et le piton de Montfaucon sont définitivement dégagés. En octobre, Français et Américains progressent rapidement. Grâce aux renforts américains toujours plus nombreux, leur mouvement s'intensifie. Débordée, l’armée allemande décroche et se retire sur de nouvelles positions situées sur la rive droite de la Meuse contre lesquelles se heurte le 17e corps d’armée français. D'ultimes opérations sont lancées mais cessent avec la signature de l’armistice du 11 novembre 1918.

 

  • La nécropole nationale La Forestière. © ECPAD

  • La nécropole nationale La Forestière. © ECPAD

  • La nécropole nationale La Forestière. © ECPAD

  • La nécropole nationale La Forestière. © ECPAD

  • La nécropole nationale La Forestière. © ECPAD

  • La nécropole nationale La Forestière. © ECPAD

  • Campement de cuisiniers installé dans le secteur de la Sapinière, décembre 1915. © Collection Ministère de la culture (France), Médiathèque de l'architecture et du patrimoine, diffusion RMN

  • Construction d'un blockhaus pour mitrailleuse au pied de la cote 285. © Collection Ministère de la culture (France), Médiathèque de l'architecture et du patrimoine, diffusion RMN

  • Soldats français déjeunant au poste de police de Neuvilly, décembre 1915. © Collections BDIC

  • Ruines de l'Eglise de Neuvilly, décembre 1915. © Collections BDIC

  • Eglise de Lachalade durant la Première Guerre mondiale. © CIL/Collection Thomas Carriot

  • Cuisiniers portant la soupe en 1re ligne, secteur de Saint-Hubert situé près de la Harazée, 31 juillet 1916. © Collections BDIC

  • > Retourner aux résultats

    Infos pratiques

    Adresse

    Lachalade
    À l’ouest de Verdun, D 2

    Horaires d'ouverture hebdomadaires

    Visites libres toute l’année