Lettre d'information

La nécropole nationale de Saint-Thomas en Argonne

La nécropole nationale de Saint-Thomas en Argonne. © ECPAD

 

Pour accéder au panneau d'information de la nécropole, cliquer ici vignette_Saint-Thomas_Argonne

 

Située en face de l’ossuaire de La Gruerie, la nécropole nationale de Saint-Thomas-en-Argonne regroupe les corps de 8 173 soldats relevés de cimetières provisoires ou de tombes isolées de La Biesme et de La Gruerie. Créée en 1924, cette nécropole nationale rassemble 8 085 corps de soldats morts lors des combats en Argonne, dont 3 324 reposent dans deux ossuaires.  De 1941 à 1952, les restes mortels de 88 combattants tués lors de la campagne de France ont été transférés en ce lieu. Un monument rappelle l’engagement et le sacrifice des hommes de la 128e division d’infanterie.

 

Les combats d’Argonne, 1915

Situé entre la Champagne et Verdun, le massif forestier d’Argonne constitue un verrou entre ces deux zones majeures des combats de la Grande Guerre. Dans ce secteur coupé de multiples ravins et recouvert de profondes forêts, la guerre se fait dans de difficiles conditions et prend un caractère singulier. De septembre 1914 à l’automne 1918, les assauts français et allemands se transforment rapidement en de sanglantes et d'inutiles mêlées.

Au lendemain de la bataille de la Marne (6-12 septembre 1914), la Ve armée allemande se retranche dans la partie nord de la forêt d'Argonne pour stopper la 3e armée française. Le front se stabilise. Progressivement de profondes tranchées sont creusées. Dès octobre 1914, l'ennemi, pour déborder le camp retranché de Verdun, multiplie les assauts.

Au début de l'année 1915, l'armée française applique la dramatique stratégie de "grignotage" où la lutte pour un mur, la conquête d’une ruine devient une victoire retentissante dans les communiqués officiels. Resté dans la mémoire des Poilus comme le "bois de la tuerie", le bois de la Gruerie est, depuis l'automne 1914, le théâtre d’une lutte terrible. Sergent au 272e régiment d’infanterie, Marc Bloch (historien et résistant fusillé en 1944) évoque dans ces notes de guerre le souvenir de ces combats entre ces tranchées séparées parfois que de quelques mètres. Les assauts se multiplient au bois de la Gruerie comme en d'autres secteurs de l'Argonne et permettent de gagner quelques centaines de mètres, bien vite perdus. Les pertes humaines sont importantes.

Attaques et contre-attaques, guerre de mines, bombardements et guerre des gaz se succèdent sans répit. Le 19 juin, trois divisions allemandes attaquent le front du 32e corps d’armée et s'emparent du saillant de Fontaine-aux-Charmes, dans le bois de la Gruerie. Les assauts continuent jusqu’en juillet. Le 13 juillet, précédée d’un tir de 50 000 obus à gaz, d’explosions de fourneaux de mines, une nouvelle offensive ennemie est lancée dans le secteur de la Haute Chevauchée, de la Fille Morte et de la cote 265. Les postions françaises sont bousculées mais le 5e corps d’armée s’accroche et refoule l’ennemi. Au terme de ces opérations toujours plus meurtrières, il n’y a ni vainqueur ni vaincu. En 1916, le front perd en intensité même si des opérations aux effets limités y sont conduites notamment sur la colline de Vauquois.

En septembre 1918, les troupes américaines du général Pershing et la 2e armée française doivent enlever ce massif forestier puis poursuivre les Allemands vers la Meuse. En octobre, Cette opération s’intensifie et l’armée allemande se retire sur la rive droite de la Meuse. Les buttes de Vauquois et de Montfaucon sont ainsi libérées. Quelques jours plus tard l’armistice du 11 novembre est signé. Après la guerre, grâce au soutien financier de Courbevoie, le village de Saint-Thomas se relève progressivement de ses ruines.

 

  • La nécropole nationale de Saint-Thomas en Argonne. © ECPAD

  • La nécropole nationale de Saint-Thomas en Argonne. © ECPAD

  • La nécropole nationale de Saint-Thomas en Argonne. © ECPAD

  • La nécropole nationale de Saint-Thomas en Argonne. © ECPAD

  • La nécropole nationale de Saint-Thomas en Argonne. © ECPAD

  • La nécropole nationale de Saint-Thomas en Argonne. © ECPAD

  • La nécropole nationale de Saint-Thomas en Argonne. © ECPAD

  • Ligne de front en Argonne, 1915. © MINARM/SGA/DMCA/Joëlle Rosello

  • Ravitaillement en gare de Sainte-Ménehould destiné aux troupes d’Argonne, 17 juillet 1915. © Collections BDIC

  • Cuisiniers français portant la soupe en 1e ligne, secteur de Saint-Hubert (La Harazée), 31 juillet 1916. © Collections BDIC

  • Ruines de l'église de Saint-Thomas-en-Argonne. © CIL/Collection JM Picquart

  • Petit poste avancé situé dans le secteur de la Harazée, juillet 1917. © Collections BDIC

  • Cantonnement français situé dans le secteur de La Harazée. © ECPAD

  • Tranchée de seconde ligne située en forêt d'Argonne. On aperçoit à l'intérieur de cette tranchée un opérateur du service photographique de l'armée créé au début de 1915. © ECPAD

  • > Retourner aux résultats

    Infos pratiques

    Adresse

    Saint-Thomas-en-Argonne
    À l’ouest de Verdun, D 266, D 63

    Horaires d'ouverture hebdomadaires

    Visites libres toute l’année

    En savoir Plus

    En savoir plus

    Comité départemental du tourisme de la Marne

    13 bis, rue Carnot

    51006 Châlons-en-Champagne Cedex

    Tél. : 03 26 68 37 52

    Accéder au site internet