Lettre d'information

La nécropole nationale Le Mont Frenet à La Cheppe

Nécropole nationale Le Mont Frenet. © ECPAD

 

Pour accéder au panneau d'information de la nécropole, cliquer ici vignette_La Cheppe

 

La nécropole Le Mont Frenet est l’un des 34 cimetières nationaux situés dans le département de la Marne. Elle regroupe les dépouilles de soldats morts pour la France lors des combats qui se sont déroulés en Champagne en 1914-1918. Créée en 1915, cette nécropole rassemble initialement les corps des soldats décédés des suites de leurs blessures dans l’ambulance 3/65 située au Mont Frenet. Implantée à un embranchement de voies ferrées, elle permettait, grâce à la route de Suippes-Châlons un traitement rapide des blessés. Située à l’emplacement même de l’ambulance 3/65, le cimetière rassemble 2 307 corps dont 2 282 de soldats français, douze Britanniques, trois tchèques et un américain. Au titre de la Seconde Guerre mondiale, neuf soldats français y sont inhumés. Après la guerre, il est agrandi pour regrouper des tombes isolées et certains cimetières militaires provisoires tels que Beauséjour, Tahure et Sainte-Marie-à-Py.

Parmi les soldats, repose Hill Stanley (1896-1918), volontaire américain, ayant servi dans les rangs du service médical de l’armée française. Le 14 août 1918, il succombe à ses blessures à la Veuve (51), après un mois d’agonie.

 

Les batailles de Champagne - 1914-1918

En dépit du sursaut français de septembre 1914 sur la Marne et malgré les tentatives de débordement le mouvement disparaît sur le front ouest. La "Course à la Mer" est un échec. Pour se protéger du feu de l'artillerie, les belligérants s’enterrent. C'est le début de la guerre de position.

Au cours de l’hiver 1915, le général Joffre lance en Champagne différents assauts qui se brisent contre les tranchées allemandes. Ces opérations de "grignotages", localisées notamment dans les secteurs de Souain, de Perthes, de Beauséjour et Massiges, sont particulièrement meurtrières. Le front reste figé.

Au cours de l'été, pour rompre le front et soutenir les Russes malmenés sur le front oriental, Joffre, fidèle à sa doctrine, décide de conduire une nouvelle offensive. Cet effort principal, appuyé par une autre action en Artois, se déploie dans la grande plaine aride et crayeuse de la Champagne pouilleuse. Long de 25 kilomètres, le front s'étend entre Aubérive et Ville-sur-Tourbe. Cette action est conduite par la 2e et 4e armée. En face, les Allemands de la IIIe armée sont installés dans de solides tranchées. Plus en retrait, située à contre pente se trouve une deuxième ligne de tranchée dissimulée des observations aériennes et hors de portée de l’artillerie.

Après une préparation d'artillerie de trois jours, l'attaque est déclenchée le 25 septembre. Ces bombardements bouleversent les premières lignes que les Français enlèvent facilement. Malgré quelques points de résistance notamment à la butte du Mesnil, la progression est rapide. A l'est du dispositif, la division coloniale s'empare de "La Main de Massiges", point clé du dispositif allemand.

C’est au cours de cette offensive, qu’un hôpital d’évacuation (HOE) est ouvert au Mont Frenet. Disposant d'une ambulance chirurgicale automobile (Auto-Chir), offerte par la Croix-Rouge russe, cette unité médicale accueille les nombreux blessés sous des baraques ou hangars préfabriqués.

Mais, cet élan se brise sur la deuxième position encore intacte. L'ensemble du front devient un véritable charnier. Les troupes s'épuisent et doivent lutter contre de puissantes contre-attaques. Au cours de ces assauts, les deux armées ont perdu 138 000 hommes. En novembre, les conditions climatiques désastreuses et l'importance des pertes obligent Joffre à renoncer à conduire de nouveaux assauts. Le front connaît un calme relatif car quelques nouveaux assauts y sont conduits.

L'offensive allemande de juillet 1918 replace ce front au cœur des enjeux. Reims, restée sous le feu continuel de l'artillerie allemande, est à nouveau menacée. Engageant la totalité de ses forces de la Meuse à la mer du Nord, le général Foch, fort du soutien croissant des Américains, déploie une large manœuvre. Dans la région de Reims, l’armée du général Gouraud s’empare successivement de Navarin puis de Sommepy. Elle progresse rapidement plus au nord et pour atteindre les Ardennes où l'Armistice du 11 novembre 1918 est signé. Aujourd'hui, la région de Suippes, au travers des vestiges de villages de Perthes, Hurlus, Mesnil, Tahure et Ripont, conserve le souvenir de ces combats acharnés.

 

 

  • Nécropole nationale Le Mont Frenet. © ECPAD

  • Nécropole nationale Le Mont Frenet. © ECPAD

  • Nécropole nationale Le Mont Frenet. © ECPAD

  • Nécropole nationale Le Mont Frenet. © ECPAD

  • Concert organisé dans le village de La Cheppe, mars 1915. © Collections BDIC

  • Défilé des troupes du 171e régiment d'infanterie après son engagement à Tahure, octobre 1915. © Collections BDIC

  • Défilé des troupes du 19e bataillon de chasseurs à pied, octobre 1915. © Collections BDIC

  • Officiers du 25e régiment d'artillerie installés dans un abri souterrain situé au Bois Raquette (L'Epine de Vedegrange), janvier 1916. © Collections BDIC

  • Explosion d'un dépôt de munitions dans le camp Attila (Village de la Cheppe), mai 1916. © Collections BDIC

  • Section automobile au repos dans le camp d'Attila, octobre 1918. © Collections BDIC

  • > Retourner aux résultats

    Infos pratiques

    Adresse

    La Cheppe
    Au nord-est de Châlons-sur-Marne, D 77

    Horaires d'ouverture hebdomadaires

    Visites libres toute l’année