Lettre d'information

Appels à projets – Des capsules vidéos pour vous guider

Appels à projets – Des capsules vidéos pour vous guider
Année 2020-2021 Marie Curie, les sciences et la guerre

À l’occasion du 25e anniversaire de l’entrée au Panthéon de Marie Curie, la direction des patrimoines, de la mémoire et des archives du ministère des armées, en partenariat avec le ministère de l’éducation nationale et de la jeunesse, le ministère de l’agriculture et de l’alimentation et, parmi les partenaires associatifs, le musée Curie et l’Institut Curie, lance un appel à projets pour l’année scolaire 2020-2021 auprès des établissements scolaires, des associations et collectivités locales, sur le thème :

 

Marie Curie, les sciences et la guerre

 

Marie Curie

Irène et Marie Curie à l’hôpital d’Hoogstade (Belgique) en 1915. Appareils radiographiques installés dans un pavillon.  Musée Curie (collection ACJC)

 

Tout au long de l’année, lors des différentes commissions de subventions de la direction des patrimoines, de la mémoire et des archives (DPMA) du ministère des armées, un intérêt tout particulier sera porté aux actions pédagogiques qui répondront à cet appel à projets.

Les projets des écoles et établissements scolaires pourront être primés dans le cadre de l’opération nationale "Héritiers de mémoire" (https://www.cheminsdememoire.gouv.fr/fr/operation-heritiers-de-memoire) qui donne lieu à la réalisation de films documentaires sur les projets, l’attribution de mentions et une remise de trophées lors d’une cérémonie nationale à laquelle participent les classes sélectionnées. 

La première sélection de ces projets intervenant dès octobre 2020, les actions scolaires proposées pour un soutien financier et une réalisation de films documentaires « Héritiers de mémoire » doivent être adressées à la DPMA début octobre 2020 au plus tard.

Les projets qui parviendront ultérieurement, en cours d’année scolaire, pourront faire l’objet d’un soutien financier et de l’attribution de mentions.

 

Pour toute précision sur l’appel à projets, pour l’envoi des projets ou demandes de subvention, contacter le bureau des actions pédagogiques et de l’information (BAPI) de la DPMA :

 

Cet appel à projets est conduit en partenariat, notamment, avec le ministère de l’éducation nationale et de la jeunesse, le ministère de l’agriculture et de l’alimentation, ainsi que :

  • Au sein du ministère des armées, le Service de santé des armées
  • L’établissement de communication et de production audiovisuelle de la Défense (ECPAD)
  • Le Service Historique de la Défense
  • Le musée Curie
  • Historial de la Grande Guerre
  • Musée de la Grande Guerre
  • Le Panthéon

 


Contenu de l’appel à projets

Titulaire de deux prix Nobel et première femme à entrer au Panthéon en 1995 pour ses mérites propres, Marie Curie est aujourd’hui reconnue comme une des plus grandes scientifiques de son époque. Brillante physicienne, mère de deux enfants, elle est aussi animée d’une profonde foi patriotique qui la conduit à mettre dès 1914 ses compétences au service de sa patrie d’adoption. L’engagement de Marie Curie dans la guerre symbolise et illustre tout à la fois l’implication des sociétés, des sciences et des techniques dans le conflit.

L’appel à projets est adapté aux programmes d’histoire de CM2 et de 3ème (thème 1) qui traitent de la Première Guerre mondiale, mais aussi plus particulièrement à celui de 1ère de l’enseignement général et technologique (thème 4) qui intègre "Marie Curie dans la guerre" comme point de passage et d’ouverture.

Le thème renvoie également à l’implication des civils dans le conflit, et plus particulièrement au rôle joué par les femmes, ainsi qu’à certains aspects scientifiques et techniques de la guerre.

Le personnage Marie Curie peut donc être abordé sous l’angle de la mobilisation des civils au profit de l’effort de guerre, mais également sous le prisme des avancées scientifiques, celles-ci permettant en l’occurrence une meilleure prise en charge des blessés. Les conséquences à plus long terme de ces engagements et innovations peuvent aussi être étudiées.

Un exemple de mobilisation

1914, l’Europe bascule dans la guerre. Les belligérants mobilisent des millions de combattants pour un conflit qui, prévu pour ne durer quelques mois, s’enlise rapidement. Les batailles de la Marne et de Tannenberg signent l’échec des plans de guerre des deux camps, les opérations s’enlisent, les armées s’enterrent, la guerre de position succède à la guerre de mouvement. Au-delà des Etats, ce sont bien les nations et les sociétés qui entrent en guerre et, dès le début du conflit, les civils qui s’impliquent également.

Marie Sklodowska, devenue française depuis son mariage avec le physicien Pierre Curie mais née en 1867 à Varsovie dans une Pologne alors sous domination russe, est en 1914 une personnalité internationalement reconnue au cursus particulièrement brillant : reçue première à l’agrégation de mathématiques pour l’enseignement des jeunes filles, doublement auréolée du prix Nobel de physique (1903) puis de Chimie (1911), première femme professeur de la Faculté des sciences, elle est à la veille de la guerre à la tête de l’institut du Radium.

Cette célébrité comme ses connaissances scientifiques, Marie Curie les met d’emblée au service de son pays d’adoption et cherche immédiatement, après la déclaration de guerre, à se rendre utile, mobilisant avec l’aide de sa fille Irène des ressources humaines, matérielles et financières au profit des premiers blessés. Elle se rapproche notamment de la Croix-Rouge par l’intermédiaire de l’Union des Femmes de Allemagne (UFF), ainsi que du Patronage national des blessés qui, dirigé par l’historien Ernest Lavisse, se donne pour mission "d’apporter au service de santé militaire un concours à la fois scientifique et méthodique".

Un engagement particulier

Le développement industriel met à disposition des pays en guerre des moyens de destruction d’une puissance jusqu’alors inconnue. L’artillerie, notamment, provoque des blessures nombreuses, souvent mortelles et presque toujours invalidantes, d’une grande complexité à soigner.

Marie Curie adapte alors ses recherches aux besoins afin de soigner le plus efficacement possible ces traumatismes : « ayant voulu, comme tant d’autres, me mettre au service de la Défense nationale dans les années que nous venons de traverser, je me suis presque aussitôt orientée du côté de la radiologie ». Il s’agit en effet, en systématisant le recours à la radiologie médicale, de permettre une meilleure prise en charge des blessés et d’assurer à l’intervention chirurgicale une plus grande efficacité.

Nommée inspectrice du service de radiographie de l’UFF, Marie Curie entreprend tout d’abord de doter en postes de radiologie les hôpitaux de la région parisienne où sont rapatriés les blessés. Très vite apparaît toutefois la nécessité d’équiper également les hôpitaux de campagne situés au plus près de la ligne de front : aux postes de radiologie fixes doivent donc s’ajouter des postes mobiles, embarqués dans des automobiles équipées pour la circonstance et qui passeront à la postérité sous le nom de « petites curies ».

Si l’idée d’équiper des voitures en appareils radiologiques remonte au début du siècle, c’est bien Marie Curie qui promeut leur utilisation, mobilise des dons pour les multiplier et intervient auprès des autorités militaires pour avoir accès aux zones de combat. Elle se rend elle-même à plusieurs reprises sur la ligne de front, participant directement aux examens : "j’ai fait moi-même l’examen radiologique de plus de 1000 blessés. Parmi ces examens il y en eut de faits à toute extrémité où j’ai eu le bonheur de contribuer directement à sauver la vie d’hommes qui, sans ce secours, eussent été perdus à brève échéance".

Alors que les hôpitaux militaires peuvent compter sur 21 postes fixes ou transportables de radiologie en 1914, ce sont ainsi, grâce à ces multiples efforts, 850 postes qui sont en service en 1918.

Aux équipements, il faut ajouter la formation : si les déplacements ponctuels de Marie Curie permettent de former sur place des manipulateurs, ceux-ci ne suffisent très rapidement plus à satisfaire les besoins des armées. La physicienne milite alors avec Antoine Béclère, directeur du service radiologique des armées, pour la formation d’infirmières et obtient la création d’un hôpital-école rue Desnouettes à Paris, l’hôpital Edith Cavell, placé sous la direction de la doctoresse Nicole Girard-Mangin, elle-même de retour du front. L’enseignement pratique de radiologie, dont le programme est directement rédigé par Marie Curie, est quant à lui dispensé à l’institut du radium.

Ce sont ainsi plus d’un million d’examens radiologiques qui, grâce au personnel formé, pourront être réalisés entre 1917 et 1918.

Des répercussions à plus long terme

L’action de Marie Curie durant la Première Guerre mondiale a donc été d’une grande importance, permettant d’équiper hôpitaux et véhicules, de former des personnels, d’organiser un enseignement et de radiographier plusieurs centaines de milliers de blessés en quatre années de guerre.

Ces acquis perdurent et survivent au conflit, les recherches se poursuivant après 1918 sur l’utilisation médicale des rayonnements et la fondation Curie, créée en 1920, s’affirmant comme un centre de soin spécialisé dans la lutte contre le cancer.

En 1934, année du décès de Marie Curie, sa fille aînée Irène et son mari Frédéric Joliot découvrent eux-mêmes la radioactivité artificielle, ouvrant ainsi la voie à la création de noyaux radioactifs. Dès 1938, ils démontrent la possibilité d’une réaction en chaîne susceptible de libérer une quantité considérable d’énergie. Les applications militaires évidentes de ces recherches seront développées durant la Seconde Guerre mondiale et aboutiront à l’explosion expérimentale de la première bombe atomique le 16 juillet 1945 dans le désert du Nouveau Mexique. Les 6 et 9 août deux autres bombes explosent sur Hiroshima et Nagasaki, le monde entre dans l’ère nucléaire.

Dans un tout autre domaine, Le Journal salue en ces termes la leçon inaugurale de Marie Curie dans l’amphithéâtre de physique de la faculté des sciences de la Sorbonne le 5 novembre 1906 : "c’est (…) une grande victoire féministe que nous célébrons en ce jour. Car, si la femme est admise à donner l’enseignement supérieur aux étudiants des deux sexes, ou sera désormais la prétendue supériorité de l’Homme mâle ?". L’implication de Marie Curie dans le conflit témoigne bien quelques années plus tard du rôle joué par les femmes en faveur de l’effort de guerre, mais le destin exceptionnel de la physicienne et sa reconnaissance internationale ne sont alors pas à l’unisson de la condition féminine. L’évolution de celle-ci demeure toute relative au lendemain du conflit et il faudra encore attendre plusieurs années avant que la prophétie du journaliste ne se réalise.

Le thème retenu se prête particulièrement bien à des travaux pluridisciplinaires associant l’histoire-géographie aux disciplines scientifiques, au premier rang desquelles les sciences physiques.

L’itinéraire personnel de Marie Curie ainsi que sa dimension internationale permettent par ailleurs d’associer les établissements du réseau de l’Agence de l’enseignement français à l’étranger, plus particulièrement ceux de Pologne, d’Allemagne et des Etats-Unis, de nombreux financements ayant été apportés par la fondation Carnégie.

Le sujet intègre enfin, à travers l’étude d’une personnalité scientifique féminine de premier plan, la question de la lutte contre les préjugés et les discriminations.

 

RESSOURCES PEDAGOGIQUES

Les ressources pédagogiques (non exhaustives) seront complétées au fur et à mesure des apports partenariaux.

 


Ressources DPMA

 

Articles en ligne

 

Personnalité

Lieux de mémoire

 


 

Ressources du musée de la Grande Guerre

 

L’équipe de médiation culturelle propose une visite/atelier à destination du secondaire (3ème et 1ère) dont voici le descriptif :

Visite guidée Marie Curie, Femme d'exception

Découvrez le musée à travers l'histoire des femmes au cours de la Grande Guerre et plus particulièrement en découvrant le destin d'une femme d'exception : Marie Curie.

Les différentes facettes de sa vie, depuis sa Pologne d'origine jusqu'à sa postérité, sont l'occasion de porter un regard nouveau sur le conflit : à la fois sur la condition féminine en France, mais également sur les sciences dans la guerre et les bouleversements sociétaux que cette dernière engendre.

Dans tous les pays belligérants, les femmes vont remplacer les hommes absents afin de soutenir l’effort de guerre et se voient alors confier des tâches jusque-là inaccessibles.

Marie Curie, comme d'autres personnalités, va jouer un rôle exemplaire en mettant ses compétences scientifiques au service de la patrie et des blessés.

Profitez de cette visite qui dévoile l'histoire du conflit et nos collections sous un angle original et novateur.

 

Les ateliers (au choix)

- Grande Guerre à la Une 

L’atelier Grande Guerre à la Une plonge les élèves dans le monde du journalisme. Ils créent, en petit groupe, une maquette de leur propre journal à travers la réalisation de sa Une. Pour leur production, ils s'appuient sur les connaissances acquises sur l'arrière et la participation des femmes dans l'effort de guerre au cours de la visite guidée.

Ils choisissent la temporalité de leur Une (période de guerre, d'après-guerre ou actuelle)  ainsi que le public ciblé par leur journal  (Est-ce un journal du front ou bien de l'arrière, des anciens combattants, des veuves de guerres...).

Ils créent le gros titre et construisent les articles, les publicités et l'esthétique de la Une grâce à l'iconographie et au matériel fournis par le musée. Pour finir, ils présentent leur production à l’ensemble de la classe et exposent leurs partis pris. C'est un atelier ludique qui permet de retenir, d'enrichir et d'exploiter les connaissances acquises au cours de la visite.

- Histoire de photos

Les élèves ont pour mission de créer un album photographique à partir d'un corpus d’images d’archives dédié à l'arrière et plus particulièrement à l'apport des femmes durant la Grande Guerre.

Ils travaillent en groupes et s’organisent pour observer les images, réaliser une sélection, recadrer les photographies, rédiger les titres et les légendes.  

Ils sont aussi sensibilisés à la notion de propagande en détournant les mêmes documents iconographies en fonction des points de vues défendus. Ils peuvent créer un livret soit pour inciter les femmes à participer à l'effort de guerre, soit dénoncer leurs conditions de travail, les privations...  

Le résultat de ce travail leur permet, à la fois, d'appréhender les mécanismes de la propagande, mais également ce premier conflit mondial sous le prisme de l'apport de l'arrière et plus particulièrement des femmes. 

 

Tarifs :

Tarif d'entrée au musée 

5 € / enfant

Visite guidée 

Tarif d'entrée + 80 €

Visite guidée + atelier pédagogique

Tarif d'entrée + 130 €

Les tarifs sont indiqués pour les groupes à partir de 15 personnes, 30 personnes maximum

 

Renseignement au 01 60 32 10 45 de 10h à 17h lundi, mercredi, jeudi et vendredi reservation.museedelagrandeguerre@meaux.fr

 


 

Ressources du Panthéon

 

Dossier pédagogique - Marie Curie, une femme au Panthéon 2018

Parcours SAVANTS - Les scientifiques au Panthéon

Pour en savoir plus

 

Télécharger l'appel à projets

Année 2020-2021 Les résistances en Europe

Les résistances en Europe

 

Presse clandestine aux Pays-Bas. © Rijksinstitut Voor Oorlogsdocumentatie
 

Tout au long de l’année, lors des différentes commissions de subventions de la direction des patrimoines, de la mémoire et des archives (DPMA) du ministère des armées, un intérêt tout particulier sera porté aux actions pédagogiques qui répondront à cet appel à projets.

Les projets des écoles et établissements scolaires pourront être primés dans le cadre de l’opération nationale "Héritiers de mémoire" (https://www.cheminsdememoire.gouv.fr/fr/operation-heritiers-de-memoire) qui donne lieu à la réalisation de films documentaires sur les projets, l’attribution de mentions et une remise de trophées lors d’une cérémonie nationale à laquelle participent les classes sélectionnées. 

La première sélection de ces projets intervenant dès octobre 2020, les actions scolaires proposées pour un soutien financier et une réalisation de films documentaires "Héritiers de mémoire" doivent être adressées à la DPMA début octobre 2020 au plus tard.

Les projets qui parviendront ultérieurement, en cours d’année scolaire, pourront faire l’objet d’un soutien financier et de l’attribution de mentions.

 

Pour toute précision sur l’appel à projets, pour l’envoi des projets ou demandes de subvention, contacter le bureau des actions pédagogiques et de l’information (BAPI) de la DPMA :

 

Cet appel à projets est conduit en partenariat, notamment, avec le ministère de l’éducation nationale et de la jeunesse, le ministère de l’agriculture et de l’alimentation, ainsi que :

  • L’établissement de communication et de production audiovisuelle de la Défense (ECPAD)
  • Le Service historique de la défense
  • La Fondation de la Résistance
  • Le Camp des milles
  • L’agence pour l’enseignement français à l’étranger

Contenu de l’appel à projets

Le thème des résistances en Europe ouvre de nombreuses perspectives et permet d’envisager de nombreux projets, à la mesure du vaste champ couvert par l’intitulé.

S’intéresser aux résistances en Europe, c’est expliquer leurs motivations, c’est montrer la variété de leurs formes et la diversité de leurs acteurs, c’est aussi s’interroger sur le cadre spatial dans lequel elles se développent, pointer les différences mais aussi les similitudes entre pays européens, c’est enfin s’inscrire dans un cadre chronologique qui conditionne lui-même en partie le développement des mouvements et la forme qu’ils peuvent prendre.

L’occupation allemande, qui s’est étendue à la plus grande partie de l’Europe entre 1939 et 1941, suscite en retour plusieurs formes de résistance, dont la variété même fournit de nombreux sujets d’étude potentiels. La résistance est en effet politique et armée, militaire et civile, clandestine et institutionnelle, rurale et urbaine…

Résister, c’est d’abord entreprendre une action envers l’opinion, c’est donc imprimer des tracts et des journaux clandestins, chercher à entretenir l’espoir et combattre la propagande nazie. La presse clandestine est ainsi, partout et dans tous les pays occupés, une activité essentielle des mouvements de résistance, contribuant par ailleurs à définir leur identité et à les positionner politiquement les uns par rapport aux autres.

Résister c’est ensuite mener une action contre l’ennemi : renseigner, organiser des filières d’évasion, conduire des opérations armées dont l’ampleur et le cadre, des actions des maquisards aux attentats ciblés en zone urbaine, des paysages du Vercors à une station du métro parisien, peuvent varier radicalement.

Cette résistance peut être individuelle, souvent spontanée, et témoigner, par la simple écoute de radio-Londres comme par l’aide que certains apportent aux personnes persécutées, du refus de l’ordre nazi et de son projet raciste. Elle peut aussi être plus collective et renvoyer à des formes d’action plus organisées, menées dans le cadre de réseaux structurés et clandestins qui sont progressivement inventés.

Elle peut enfin se développer au sein des administrations publiques, des usines, de l’armée d’armistice ou même des camps d’internement et concerner des acteurs aux profils professionnels et aux convictions politiques extrêmement variés, de l’officier de marine d’Estienne d’Orves au journaliste Gabriel Péri.

Ces résistances se développent dans toute l’Europe occupée, mais le cadre géographique de leur apparition conditionne lui-même quelques-unes de leurs formes : les vastes étendues de Russie ou d’Ukraine se prêtent ainsi à la constitution de bandes de partisans fortes de plusieurs dizaines de milliers d’hommes et capables de mener d’intenses actions de guérilla sur les arrières de l’armée allemande ; les zones montagneuses des Balkans abritent également de fortes concentrations de réfractaires à l’ordre nazi, souvent constituées à partir d’éléments des armées nationales vaincues.

En Europe de l’Ouest, par contre, les grandes regroupements d’hommes armés n’ont pas la même ampleur ni d’ailleurs le même succès : les territoires qu’ils contrôlent, souvent de manière éphémère, dépassent rarement la taille d’une vallée ou d’un plateau et la menace militaire qu’ils font peser sur l’occupant reste toute relative.

Encore faut-il rendre compte, dans cette diversité spatiale, de la situation politique particulière des pays occupés : les résistances ne se développent pas de la même façon, et n’ont pas les mêmes caractéristiques, selon que les forces de l’Axe peuvent, ou non, s’appuyer sur une administration reconnue au moins comme partiellement légitime par la population ; selon qu’il existe, ou non, un gouvernement en exil ; selon enfin que les occupants mettent, ou non, en œuvre une politique ethnocidaire : la France n’est pas la Pologne, dont la situation diffère tout aussi bien de celle des Pays-Bas…

Il apparaît enfin nécessaire d’inscrire cette étude des résistances en Europe dans un cadre chronologique qui doit lui-même faire le lien avec l’évolution des opérations militaires.

Les engagements évoluent dans le temps et les résistances de 1940 ne sont bien sûr pas exactement les mêmes que celles de 1944. Les réseaux se construisent, se structurent, s’organisent et s’unifient parfois. A partir de 1942, les premiers revers allemands éclaircissent l’horizon de leurs opposants en même temps que se durcit la traque dont ces derniers font l’objet.

S’intéresser aux résistances, c’est aussi s’intéresser aux répressions qu’elles subissent. De ce point de vue, les années 1943-1944 constituent un tournant à l’Ouest, avec l’importation par l’armée allemande de pratiques de combat auparavant réservées à l’Est. La perspective d’un débarquement allié sur les côtes françaises justifie en effet la mise en œuvre d’une politique impitoyable à l’encontre de groupes résistants susceptibles de faire peser une menace sur les arrières de la Wehrmacht. Les résistances sur le point de triompher et engagées dans les combats de la Libération connaissent alors des heures particulièrement dramatiques.

L’action des résistances, leur rôle dans les combats de la Libération et les conditions géostratégiques dans lesquelles s’effectue celle-ci conditionnent enfin aussi en partie l’ordre politique qui émerge après-guerre, l’importance prise par la résistance communiste favorisant par exemple en Europe de l’est la mise en place de régimes inféodés à Moscou.

La proposition trouve toute sa place dans les programmes scolaires: les programmes d’Histoire de 3ème (thème 1) comme de Terminale (thème 1) de la voie générale et technologique mais aussi certaines entrées du programme de spécialité géopolitique de Terminale ou d’EMC permettent chacun d’aborder une ou plusieurs des dimensions précédemment évoquées.

Le sujet retenu, particulièrement riche, peut s’appuyer sur de nombreux supports et donner lieu à de nombreuses réalisations de nature variée. Il se prête particulièrement bien à des travaux pluridisciplinaires associant notamment les lettres et l’enseignement artistique mais aussi les langues étrangères.

Son cadre spatial permet par ailleurs d’associer pleinement les établissements européens du réseau de l’Agence de l’enseignement français à l’étranger comme de valoriser la thématique de la « mémoire partagée », tant la lutte menée à l’échelle du continent a pu faire naître, parmi les acteurs de ces différentes résistances, le sentiment d’une lutte commune menée au nom d’idéaux transnationaux. Il donne aussi l’occasion de s’appuyer sur un réseau de musées et lieux de mémoire en Europe qui traitent de la Résistance et pour lesquels la DPMA engage un travail de recensement et réfléchit à une mise en réseau.

Il intègre enfin pleinement la question de la lutte contre les discriminations, qui peut être abordée tant à travers les motivations des résistants que des formes de leur engagement. Lutter contre les discriminations est bien, dans le cadre de la guerre raciale menée par les Nazis, une forme de résistance. À ce titre, la figure de Simone Veil, ancienne déportée, militante européenne et première présidente du Parlement européen, est exemplaire.

 

Quatre questions à Fabrice Grenard, de la Fondation de la Résistance

   

 

 


Ressources DPMA

Revue

"Résistances en Europe", Les Chemins de la mémoire n° 267, avril-mai 2019

Articles en ligne

 



Ressources de la Fondation de la Résistance

 

1 - Ouvrages soutenus par la Fondation de la Résistance

1. 1 - Dictionnaire historique de la Résistance

François Marcot (dir.), Dictionnaire historique de la Résistance, Paris, Robert Laffont, Coll. Bouquins, 2006.  Plusieurs notices concernent la résistance en Europe. D’autres consacrées à la Résistance en France permettent d’établir des comparaisons avec les autres pays en Europe.

1. 2- Actes de colloques

Des historiens se sont efforcés dans des colloques de mettre en valeur dans leur communication la dimension européenne de l’engagement et des actions de résistance tout en soulignant la spécificité des résistances nationales.

  • Laurent Douzou, Mercedes Yusta (dir.), La Résistance à l’épreuve du genre. Hommes et femmes dans la résistance antifasciste en Europe du Sud (1936-1949), Rennes, PUR, 2018.
  • Jacqueline Sainclivier, Pierre Laborie, Jean-Marie Guillon (dir.), Images des comportements sous l’Occupation, Rennes, PUR, 2016.
  • Pierre Laborie, François Marcot (dir.), Les comportements collectifs, en France et dans l’Europe allemande, 1940-1945. Historiographie, normes, prismes, Rennes, PUR, 2015.
  • Bruno Curatolo, François Marcot (dir.), Écrire sous l’Occupation. Du non-consentement à la Résistance, France-Belgique-Pologne, 1940-1945, Rennes, PUR, 2011.
  • Laurent Douzou, Faire l’histoire de la Résistance, Rennes, PUR, 2010.

1. 3 - Ouvrage et espace pédagogique en ligne pour les enseignantsLaurent Douzou, Tristan Lecoq (dir.), Enseigner la Résistance, Canopé, 2016. Par son approche de la Résistance en France, cet ouvrage et les séquences pédagogiques associées permettent d’expliciter les spécificités de la résistance française au regard des autres résistances en Europe.

https://www.reseau-canope.fr/enseigner-la-resistance/

2 – Revue de la Fondation de la Résistance

La revue La Lettre de la Fondation de la Résistance met à disposition des enseignants chaque trimestre un dossier thématique de huit pages qui fait le point sur un aspect de l’histoire de la Résistance. Rédigé par un historien, ce dossier propose une synthèse abordant les dernières avancées de la recherche, des focus à visée documentaire et pédagogique, des orientations bibliographiques et numériques. Les documents illustrant les focus sont téléchargeables dans le cadre d’une séquence pédagogique.

Les dossiers thématiques de La Lettre de la Fondation de la Résistance et ses compléments  sont consultables sur le Musée de la Résistance en ligne.

Des numéros, article ou dossier sont entièrement ou partiellement dédiés à la thématique « Résistances en Europe » :

Des numéros de La Lettre de la Fondation de la Résistance sont consacrés plus spécifiquement à la Résistance en France :

Un dossier sur le site de la Fondation de la Résistance intitulé"La Résistance et l’Europe" présente une bibliographie et un ensemble documentaire consacrés à la vision de l'Europe envisagée par la Résistance.

3 - Expositions sur le Musée de la Résistance en ligne (Fondation de la Résistance)

Plus de quarante expositions virtuelles sont consultables sur le Musée de la Résistance en ligne (Fondation de la Résistance). Composées de plusieurs dizaines de média (documents écrits témoignages oraux, cartes, etc.) contextualisés et/ou analysés, chaque exposition permet d’approfondir une question mais aussi de travailler sur des formats courts et calibrés pour des exploitations pédagogiques en classe.

On se reportera plus particulièrement à la sélection d’expositions suivantes :

Ces expositions prennent en partie leurs sources dans les cédéroms et dévédéroms établis par des équipes locales. L’un d’eux répond particulièrement au thème de l’appel d’offres « La résistance polonaise en France ».

4 - Ressources du Concours national de la Résistance et de la Déportation (CNRD)

La Fondation de la Résistance coordonne la brochure pédagogique nationale, portée par le ministère de l’éducation nationale et le ministère des Armées, quand le thème du concours porte sur la Résistance, ou participe à son élaboration auprès d’autres fondations lorsque le thème choisi concerne la déportation.

Les archives du CNRD (brochures numériques, expositions, corpus documentaires) sur l’espace pédagogique du Musée de la Résistance en ligne.

Par exemple, la brochure et l’exposition associée sur le thème « Résister par l’art et la littérature » (session 2015-2016) mettent notamment en valeur les formes de résistances artistiques dans l’univers concentrationnaire.

5 - "Lieux de mémoire 1940-1944" (Fondation de la Résistance)

5. 1 - L’application « Lieux de mémoire 1940-1945 » permet de contribuer à la carte interactive des lieux de mémoire de la Résistance en France et dans d’autres pays sur le Musée de la Résistance en ligne. Des projets pédagogiques sur des lieux de mémoire menés avec des élèves sont consultables sur l’espace pédagogique coopératif du Musée de la Résistance en ligne.

5. 2 - Le concours de la meilleure photographie d’un lieu de mémoire offre aux élèves la possibilité de photographier des lieux de mémoire relatif à la Résistance intérieure et extérieure, à l’internement et à la Déportation situés en France ou à l’étranger. Par la maîtrise de la technique photographique et la rédaction d’un court texte expliquant leur démarche, les candidats expriment leur sensibilité à l’égard des aspects artistiques et architecturaux des lieux de mémoire de la Seconde Guerre mondiale. Voir les modalités de participation dans le règlement du concours.

6 - Témoignages de résistants et Français libres

Une cinquantaine de témoignages de résistants ont été mis en ligne par l’association des Amis de la Fondation de la Résistance (Mémoire et Espoirs de la Résistance). Tous les témoignages, de durées variables, ont été transcrits pour permettre de mener une recherche plus aisée et s’adapter aux besoins d’une utilisation pédagogique.

7 – Prêt d’expositions temporaires aux établissements scolaires

- Les femmes dans la Résistance (voir les modalités d’emprunt)

- La médaille de la Résistance française (voir les modalités d’emprunt)

8 - Captations vidéos de manifestations sur l’histoire de la Résistance

 - « Résistance, répression, écriture » (Académie de Versailles, Archives nationales, Fondation de la Résistance)

- « Enseigner la Seconde Guerre mondiale à Paris de l’école au lycée » (ESPE Paris, Fondation de la Résistance)

- « Parcours individuels dans la Résistance, journée d’études » (Service historique de la Défense, Fondation de la Résistance)

9 – La presse clandestine numérisée

La Fondation de la Résistance en partenariat avec la Bibliothèque nationale de France et le musée de la Résistance nationale à Champigny-sur-Marne a lancé une campagne de numérisation de la presse clandestine. Les journaux clandestins numérisés sont consultables sur le site Gallica, bibliothèque numérique de la BnF. Une fiche méthode et une liste des cotes sont consultables sur le site de la Fondation de la Résistance.

 

Retrouver sur le site de la Fondation de la Résistance les actualités, les ressources mais aussi les contacts des membres de l’équipe www.fondationresistance.org

 


Ressources de la fondation du Camp des Milles - Mémoire et Éducation

 

Présentation

À propos de la Fondation du Camp des Milles – Mémoire et Education :

L’ambition de la Fondation du Camp des Milles Mémoire et Education, est de rappeler l’histoire des engrenages tragiques dont témoigne le Camp des Milles (seul grand camp français d’internement et de déportation encore intact et l’un des très rares en Europe) et de s’appuyer in situ sur l’histoire de la Shoah et d’autres génocides du XX siècle pour présenter dans son Site-mémorial, ouvert en 2012, un « volet réflexif » inédit visant à renforcer la vigilance et la responsabilité du visiteur face aux menaces permanentes des extrémismes identitaires, des racismes, de l’antisémitisme et de la xénophobie. Ce volet présente des connaissances scientifiques pluridisciplinaires qui permettent au visiteur de mieux comprendre les mécanismes humains récurrents, individuels et collectifs (effet de groupe, préjugés, passivité, soumission aveugle à l’autorité, …) qui, en trois étapes, ont conduit et peuvent conduire au pire. Ainsi que les processus de résistances toujours possibles.

Sur les mêmes bases scientifiques, ont été développées dans et hors les murs, de très nombreuses actions de formation et de sensibilisation auprès des jeunes, issus de l’éducation formelle ou informelle, mais aussi, d’élus, de cadres et personnels d’entreprises, de syndicalistes, de policiers, de gendarmes ou de magistrats…

Contribuant sur le terrain aux valeurs humanistes de respect, de dignité et de solidarité, le Site-mémorial constitue une réalisation pédagogique unique au monde, aujourd’hui reconnue internationalement et notamment par l’Unesco : www.campdesmilles.org .

 

Liste des ressources

Site de la fondation : www.campdesmilles.org

 

Visites (avec ou sans atelier)

  • Visite adaptée aux trois niveaux , cycles 3 et 4, et lycée : contacter la Fondation du Camp des Milles pour l’organisation d’une visite, réservation obligatoire, contact@campdesmilles.org  ou sharon.azoulay@campdesmilles.org ou 04 42 39 17 11) ou pour avoir des précisions sur les ressources elles-mêmes.
  • Visites virtuelles (visite commentée ; BD de la visite)

Résistances

  • Résistance par la création

Analyse de quelques-unes des 350 œuvres d’artistes créées pendant leur internement aux Milles

    • Ateliers
      • Créer pour résister *
      • Salle des peintures *

Avec fiches pédagogiques associées *

Consultation sur demande du fichier des 350 œuvres des artistes internés

  • Ressources liées à un artiste : 
    • Franz Meyer : extrait de son album, éléments biographiques, fiche pédagogique. Atelier d’écriture *
    • Hans Bellmer : Fiche pédagogique et éléments biographiques *
    • Max Ernst : Fiche pédagogique et éléments biographiques *
    • Ferdinand Springer : éléments biographiques et catalogue d’exposition *
    • Wols : éléments biographiques et extrait du catalogue d’exposition *

Consulter la Fondation pour l’accès à d’autre ressources web sur ces artistes.

  • Destins de résistance

Biographies, récits d’actes de résistances, textes et témoignages de personnes ayant résisté

  • Destins des Justes du Camp des Milles (18 Justes parmi les Nations liés à l’histoire du camp)
  • Actes justes (Récits d’actes de résistance durant les génocides du XXe siècle) *
  • Textes choisis du Pasteur Manen, du Rabin Salzer, et de Hans Fraenkel (écrits, audio)
  • Récit sur le Commandant Maulavé (chef du camp durant les déportations)
  • Récit du train fantôme (tentative de sauvetage de 2000 internés par le chef du camp. Juin 1940)
  • Lettre de démission du commissaire de police Jean Philip (15 janvier 1943)
  • Vidéos témoignages d’internés et de Résistants
    • Résistances et persécutions en Provence, 1940-1944 (15 min)
    • Herbert Traube *
    • Varian Fry
    • G.Pajetta
    • Norbert Spiro
    • Les époux Janka
    • 3 enfants sauvés par l’OSE
  • Analyses sur les résistances au processus vers le pire
    Les résistances toujours possibles 
    • Outil numérique interactif (Pour découvrir l’engrenage qui peut mener du racisme « ordinaire » jusqu’au crime de masse, voire jusqu'au génocide et les résistances possibles)
    • Le film documentaire présentant les engrenages pouvant mener au pire et les résistances possibles ; approche pluridisciplinaire et intergénocidaire
    • L’esprit de résistance
    • Mille manières de ne pas laisser faire
    • S’appuyer sur l’éducation, les valeurs, la mémoire de l’expérience collective
    • La force du droit contre le droit du plus fort
    • Une question fondamentale : la conscience morale
       
  • Résister pour la démocratie 
    Surmonter les tensions du terreau par le débat démocratique
    • La démocratie permet le vivre ensemble
    • Les garanties démocratiques sont menacées par des régimes autoritaires ou hybrides
    • Une question fondamentale : le rapport à l’autre
    • La science contre le racisme

 

Télécharger l'appel à projets

Année 2020-2021 Paysages en guerre, paysages de guerre

La direction des patrimoines, de la mémoire et des archives du ministère des armées lance un appel à projets pour l’année scolaire 2020- 2021 auprès des établissements scolaires, des associations et collectivités locales, sur le thème :

 

PAYSAGES EN GUERRE, PAYSAGES DE GUERRE

paysages de guerre

 

Tout au long de l’année, lors des différentes commissions de subventions de la direction des patrimoines, de la mémoire et des archives (DPMA) du ministère des armées, un intérêt tout particulier sera porté aux actions pédagogiques qui répondront à cet appel à projets.

Les projets des écoles et établissements scolaires pourront donner lieu à la réalisation d’un film, dans le cadre de l’action nationale " Héritiers de mémoire ". La sélection de ces projets intervenant en octobre 2020, les actions scolaires proposées à " Héritiers de mémoire " doivent être adressées à la DPMA le 15 octobre 2020 au plus tard.

 

Pour toute précision sur l’appel à projets, pour l’envoi des projets ou demandes de subvention, contacter le bureau des actions pédagogiques et de l’information (BAPI) de la DPMA :

o Par voie électronique : dpma-bapi.correspondant.fct@intradef.gouv.fr

o Téléphone : 09 88 68 20 21/ 09 88 68 20 11

o Sur internet : www.cheminsdememoire.gouv.fr/fr/educadef

o Par voie postale : DPMA/SDMAE/BAPI 60, boulevard du Général Martial Valin CS21623 - 75509 Paris Cedex 15

Cet appel à projets est conduit en partenariat avec le ministère de l’éducation nationale et de la jeunesse et le ministère de l’agriculture et de l’alimentation, ainsi que :

  • L’Office national des anciens combattants et victimes de guerre (ONAC-VG)
  • L’Établissement de communication et de production audiovisuelle de la Défense (ECPAD)
  • Le Service historique de la défense
  • Le Panthéon
  • L’Historial de la Grande Guerre de Péronne
  • Le Centre Juno Beach
  • L’ancien camp de concentration de Natzweiller-Struthof, haut lieu de la mémoire nationale
  • Le mémorial de Verdun
  • le musée de la Guerre de 1870 et de l'Annexion de Gravelotte

 


Contenu de l’appel à projets

"Un coup de baguette de l'histoire fait naître un paysage", Julien Gracq.

 

Le thème des "paysages en guerre", permet d’étudier le moment où le conflit se déroule. Quels paysages sont le "théâtre" des guerres contemporaines ? Champs de bataille, plaines, côtes et plateaux, paysages fortifiés, contrées désertiques, maquis, villes, espaces entourés de barbelés, rizières, paysages montagnards, villes modernes. Objet de guerre, le paysage devient aussi sujet de guerre, obligeant les belligérants à utiliser leur environnement et ses contraintes, et à les intégrer dans la tactique et la stratégie militaire.

Chaque conflit contemporain s'est ancré dans des paysages divers et a marqué son environnement. Essentiellement ruraux, les paysages français de la Grande Guerre diffèrent par exemple de ceux de la Seconde Guerre mondiale qui s’est autant déroulée dans les villes – qui furent l’objet de bombardements parfois massifs – que dans les campagnes ou les espaces littoraux, comme ceux des deux débarquements de 1944. Ces paysages diffèrent encore de ceux de l'Indochine et de l'Algérie, où les combats ont eu lieu dans des plaines à la végétation tropicale et dans les montagnes nord-africaines. Les théâtres d'opérations extérieures sont également singuliers : entre villes et paysages désertiques, entre montagnes et plaines, entre terre et mer, les armées françaises sont aujourd’hui mobilisées dans des environnements extrêmement diversifiés.

Le "paysage en guerre" est aussi celui qui est perçu et décrit par le soldat, au plus proche de l’expérience du combat. Cette approche donne ainsi l'occasion d'analyser la littérature et les arts qui se sont emparés de cette thématique : des écrivains combattants de la Grande Guerre (tels que Maurice Genevoix, Apollinaire, Blaise Cendrars) aux peintres, dessinateurs et photographes d'hier et d'aujourd'hui, les soldats ont dépeint leur environnement ou s'y sont cachés (technique du camouflage).

L’œuvre de Maurice Genevoix, qui entrera au Panthéon le 11 novembre 2019, est en ce sens d’une grande richesse. L’historienne Annette Becker indique très justement "Maurice Genevoix a le mieux transcrit, tout au long des pages de Ceux de 14, cette transformation définitive des paysages (…), car l’homme devient le paysage de guerre même".

Le "paysage en guerre" engendre le "paysage de guerre", c'est-à-dire tel qu'il est laissé, reconstruit, mis en mémoire, réaménagé ou reconverti après le conflit. Le "paysage de guerre" pose explicitement la question de la mémoire des conflits contemporains. L'entretien des paysages comme lieux de mémoire, leur valorisation, leur dimension mémorielle, commémorative et pédagogique, les conséquences environnementales et humaines de l’affrontement, sont autant de problématiques contemporaines. La découverte d'un paysage de guerre, espace vide de toute trace historique ou au contraire élevé au rang de haut lieu de la mémoire nationale, est une fenêtre ouverte sur l'histoire qui s'y est déroulée.

Cet appel à projets offre l'opportunité aux enseignants d'une véritable approche pluridisciplinaire : l'histoire, la géographie, la stratégie militaire, les sciences (SVT, physique, géologie, préoccupations environnementales), l’enseignement moral et civique, les langues étrangères, l’économie, la littérature, les arts peuvent être convoqués pour interroger les paysages en guerre et les paysages de guerre.

 

Sur les paysages de la Première Guerre mondiale...

Quatre questions à Nicolas Czubak, du Mémorial de Verdun